Vladimir Poutine dans la campagne présidentielle, le retour de Patrick Balkany en prison... Les informés du matin du 8 février

écouter (26min)

Tous les matins, Les informés débattent des sujets qui font ou feront l'actualité du jour.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le plateau des informés du matin de franceinfo le 8 février 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Autour de Marc Fauvelle et Renaud Dely pour commenter l'actualité du mardi 8 février : Neila Latrous, journaliste au service politique de franceinfo et Pascal Jalabert, éditorialiste politique. 

Le cas Poutine fracture la classe politique française

A gauche, Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel se rangent plutôt du côté du président russe, Anne Hidalgo et Yannick Jadot dénoncent avec force ses ambitions de dictateur. A droite, Valérie Pécresse l’exhorte à ne pas envahir l’Ukraine tandis que Marine Le Pen et Eric Zemmour rivalisent de déclaration pro-russes.

Emmanuel Macron a, lui, engagé le dialogue avec Vladimir Poutine sur la question de l'Ukraine, lors d'une visite au Kremlin. Il est lui-même beaucoup moins hostile au président russe que la plupart de ses homologues européens. Pourquoi une telle russophilie de nombreux responsables politiques français, alors que l’opinion française est plutôt hostile à Poutine ? L'engagement d'Emmanuel Macron dans la désescalade représente-t-il un risque ? Certains de ses adversaires à la présidentielle peuvent-ils souffrir de leur trop grande proximité avec Poutine ?

Fallait-il renvoyer Patrick Balkany en prison ?

L’ancien maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) est de nouveau incarcéré depuis le 7 février à la prison de Fleury-Mérogis. Les époux Balkany étaient placés sous bracelet électronique depuis mars 2021 mais ils ne respectaient pas cet aménagement de leur peine après leur condamnation pour fraude fiscale.
Patrick Balkany est-il traité comme un justiciable comme un autre ou est-il victime d’une sorte de traitement de défaveur ?

Isabelle et Patrick Balkany étaient assignés à résidence dans leur moulin de Giverny, ils bénéficiaient de quatre heures de sortie autorisées par jour. Les alarmes n’ont cessé de sonner pour non-respect des horaires. Mais "quelle menace représente-t-ils pour la société ?", pour reprendre les mots de l'eurodéputé David Cormand ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.