Le vrai du faux, France info

VRAI OU FAKE De la pénurie au pays "qui teste le plus" : comment la France a évolué sur le dépistage du Covid-19

La stratégie de la France sur les tests Covid-19 illustre très bien les multiples annonces contradictoires ou ajustements vis-à-vis d'une épidémie inédite.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une femme se fait tester à Paris, en septembre 2020. 
Une femme se fait tester à Paris, en septembre 2020.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La France est passée d’un extrême à l’autre dans sa politique de dépistage, en l’espace de neuf mois. Ainsi, le 19 mars, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon estimait qu’il n'y avait "pas d'indication à faire des tests quand on n'a pas de forme sévère ou quand on n'a pas de facteur de risque". Le 15 décembre, le Premier ministre Jean Castex affirmait sur Europe 1 que "la France est le pays qui a le plus testé en Europe". Pourquoi la France est-elle passée d'un dépistage très restrictif à un dépistage record ?   

>> Masques, deuxième vague, tests... Une année d'informations contradictoires sur le Covid-19

La déclaration de Jérôme Salomon s'explique en grande partie par le fait que la France n'a pas, en mars, de quoi tester sa population. Les tests se pratiquent uniquement à l'hôpital sur les malades sérieusement atteints. Les laboratoires de ville manquent de kits de test PCR et de réactifs. Les locaux des labos ne pas encore organisés pour accueillir des porteurs du virus aux côtés des autres patients. Les tests en extérieur, notamment dans les voitures, sont très rares. Mi-mars, la France teste 35 000 personnes par semaine, alors que l'Allemagne dépiste entre 300 000 et 500 000 personnes par semaine fin mars. Le 16 mars, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé son appel "testez, testez, testez".  

Tester massivement en sortie de confinement  

La France suit la recommandation de l'OMS et change vraiment de stratégie début mai, alors que le déconfinement approche. "La France est prête à tester massivement", déclare le ministre de la Santé Olivier Véran. L'objectif est de cerner précisément l'épidémie, alors que la population reprend progressivement une vie normale. Ce n’est qu’à la fin de l'été que la France passe la barre du million de tests par semaine. Mais pour quoi faire ? De nombreux Français attendent les résultats pendant cinq jours, voire une semaine, car les laboratoires sont saturés. Entretemps, une personne potentiellement positive aura contaminé d'autres personnes. Des médecins, des épidémiologistes estiment qu'il faut prioriser, ne pas dépister inutilement.  

Deux millions de tests par semaine    

Cela n'enraye pas le dépistage désormais devenu super massif, avec l'aide des tests antigéniques. Plus de deux millions de tests sont pratiqués chaque semaine fin octobre et les délais de résultats se sont raccourcis. Mi-novembre, Laurent Wauquiez pousse la logique encore plus loin en annonçant le test d'un maximum d'habitants de sa région Auvergne-Rhône-Alpes pour tenter de sécuriser Noël. Huit millions de personnes sont potentiellement concernées. Par ailleurs, sur l'ensemble du territoire français, la population se rue sur les labos avant l'arrivée de Noël.  

Là-encore pourquoi faire ? Derrière les tests, idéalement, il faut tracer et isoler, ce qui n'est pas gagné. C'est pourquoi Jean Castex annonce le 16 décembre 4 000 emplois supplémentaires pour aider la Sécurité sociale à tracer les cas de Covid-19 ainsi que la mobilisation de 4 500 autres personnes afin de visiter les malades qui décident de s'isoler.

Coronavirus : la rétro du Vrai du faux 2020

"D’ici un mois il n’y aura plus de coronavirus" : comment certains médecins et experts se sont trompés sur la deuxième vague de Covid-19

"Il faut dix ans pour créer un vaccin"comment un vaccin contre le Covid-19 a finalement été trouvé en un temps record

"L’usage du masque en population générale n’est pas utile" : comment, en un an, le gouvernement a changé radicalement de position

"Les enfants sont peu porteurs du virus et peu contagieux" : comment les connaissances scientifiques sur le covid-19 ont évolué

"Les personnes âgées doivent rester confinées" : les revirements de l'exécutif

Qu'est-ce qu'un cas contact, quelles mesures d'isolement ? Comment les critères ont évolué

• De la pénurie au pays "qui teste le plus" : comment la France a évolué sur le dépistage du Covid-19

• La Suède a-t-elle eu raison contre tout le monde dans sa stratégie contre le Covid-19 ? ?

"Le pangolin est responsable de la transmission du virus à l'Homme" : quand est comment le Covid-19 est apparu

Une femme se fait tester à Paris, en septembre 2020. 
Une femme se fait tester à Paris, en septembre 2020.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)