Attaque au couteau à Paris : l'assaillant placé en garde à vue

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Attaque au couteau à Paris : l'assaillant placé en garde à vue
Article rédigé par France 2 - T. Cuny, A. Boutet, A. Chopin, A. Bouton, N. Perez, J. Laurent-Kaysen, E. Pelletier, A. Goutard, A. Delcourt, O. Labalette, O. Gardette, Y. Kadouch
France Télévisions
France 2
Dans la soirée du samedi 2 décembre, un homme s'en est pris à plusieurs personnes dans le quartier de Bir Hakeim. Il a été interpellé et placé en garde à vue après avoir tué un jeune homme allemand de 23 ans.

Armes au poing, les policiers mettent en joue l’assaillant. Dans sa main, il tient un marteau. Pendant de longues secondes, les fonctionnaires tentent d'arrêter son périple meurtrier et finissent par le neutraliser avec un taser. Il est un peu plus de 21h, samedi 2 décembre, dans le 15e arrondissement de la capitale. Un homme armé s'en prend à un groupe de touristes dans le secteur de Bir Hakeim, à proximité de la Tour Eiffel. "Il a asséné deux coups de marteau et quatre coups de couteau à l'une d'entre elles. Cette victime, un homme possédant la double nationalité philippine et allemande, âgée de 23 ans, est décédé des suites de ses blessures", a annoncé Jean-François Ricard, procureur de la République antiterroriste.

Les parents de l'assaillant en garde à vue

L'agresseur prend la fuite, traverse le pont au-dessus de la Seine et passe dans le 16e arrondissement. Il est pris en chasse par les policiers, alertés quelques minutes plus tôt par téléphone. À cet instant, il attaque deux autres personnes avant d'être appréhendé par les forces de l'ordre. L’attentat a été revendiqué par l’assaillant quelques minutes auparavant dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, il y explique notamment prêter allégeance à l’État islamique. Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête pour assassinat et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste. Dimanche soir, l’assaillant est toujours en garde à vue, tout comme ses parents et une amie à lui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.