Derek Chauvin reconnu coupable du meurtre de George Floyd : "Ce verdict est une étape dans la lutte contre les violences policières racistes"

Article rédigé par
Propos recueillis par - Marie-Violette Bernard
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des manifestants célèbrent le verdict du procès de Derek Chauvin, le 20 avril 2021, à Minneapolis (Minnesota). (STEPHEN MATUREN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

L'ancien policier a été reconnu coupable d'avoir tué l'Afro-Américain de 46 ans lors de son arrestation en mai 2020 à Minneapolis. La chercheuse et journaliste Charlotte Recoquillon revient sur ce verdict qu'elle qualifie d'"historique".

"C'est une victoire pour ceux qui luttent pour la justice." La famille de George Floyd s'est félicitée du verdict rendu dans le procès de Derek Chauvin, mardi 20 avril. L'ancien policier a été reconnu coupable du meurtre de "Big Floyd", lors de son interpellation en mai 2020 à Minneapolis. Une mort filmée qui avait provoqué des manifestations massives aux Etats-Unis et ailleurs contre les violences policières racistes. Déjà renvoyé des forces de l'ordre, l'accusé a été placé en détention dans l'attente de sa sentence, qui sera annoncée dans huit semaines. L'ex-officier de police encourt au moins douze ans et demi de prison, mais sa peine pourrait être rallongée si le juge conclut à l'existence de circonstances aggravantes.

Charlotte Recoquillon, chercheuse à l'Institut français de géopolitique, spécialiste des questions raciales aux Etats-Unis et journaliste autrice du podcast vidéo "Stop Killing US"analyse pour franceinfo l'importance de ce verdict.

Franceinfo : Un jury populaire américain a déclaré un ancien policier blanc, Derek Chauvin, coupable du meurtre de George Floyd, un Afro-Américain sur le cou duquel il était resté agenouillé pendant de longues minutes. Cette décision est-elle historique ?

Charlotte Recoquillon : Sans aucun doute. Il est extrêmement rare de voir un policier américain condamné pour des violences policières racistes. Il est tout aussi rare de voir l'institution se désolidariser d'un officier, y compris pour des accusations aussi graves que celles pesant sur Derek Chauvin. Car des membres de sa hiérarchie ont témoigné durant le procès, affirmant que ses actes étaient disproportionnés et ne correspondaient pas aux valeurs de la police.

Le mouvement Black Lives Matter et les manifestations antiracistes de 2020 ont-ils joué un rôle dans le dénouement de cette affaire ?

Ce verdict constitue une importante victoire pour le mouvement Black Lives Matter. Sans ce dernier, le récit de la police présentant George Floyd comme un homme violent et résistant à son arrestation, qui ne pouvait être maîtrisé autrement, l'aurait emporté. Ce même récit est utilisé comme excuse par les forces de l'ordre dans de nombreuses affaires de violences policières. Sans l'investissement de Black Lives Matter pour médiatiser le cas de George Floyd, Derek Chauvin aurait très certainement été acquitté. Peut-être même n'aurait-il pas été inculpé.

Depuis 2013, ce mouvement s'est construit un pouvoir politique important. Il met la question des violences policières racistes à l'agenda médiatique, et donc à l'agenda politique. Cela transparaît dans les prises de parole de Joe Biden, mardi soir. Appeler la famille de George Floyd est un acte symbolique pour un président démocrate qui veut construire son récit personnel et ménager l'aile progressiste de son parti. Même Joe Biden, qui reste très modéré sur les questions de réforme de la police, est contraint par l'agenda politique imposé par Black Lives Matter.

Si les militants ont salué une victoire pour la lutte contre les violences policières racistes, certains redoutent qu'elle n'éclipse les appels à la réforme des forces de l'ordre. Ce verdict marque-t-il un tournant pour les institutions judiciaires et policières américaines ?

Si ce verdict est historique, il reste une étape dans la lutte contre les violences policières racistes. Il était indispensable après les manifestations de 2020, mais il n'est pas suffisant pour faire avancer durablement cette cause. Lorsque la police de Minneapolis condamne publiquement les actions de Derek Chauvin, ce n'est pas tant le signe d'une prise de conscience de la nécessité de réformer l'institution qu'une tentative de la protéger, en se distanciant le plus possible de l'accusé.

Les militants de Black Lives Matter ne s'y trompent pas. Ils sont extrêmement concentrés sur leur feuille de route et vont continuer à réclamer des réformes radicales, comme l'abolition de la police ou son définancement pour réallouer les fonds à des programmes de soutien aux communautés. 

L'impunité est l'un des mécanismes permettant les violences policières et, à ce titre, ce verdict est symbolique. Mais même si tous les officiers auteurs de violences étaient désormais systématiquement condamnés, cela ne réglerait pas le problème fondamental. La volonté de Black Lives Matter est de déconstruire le système policier actuel pour empêcher que ces violences ne surviennent.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.