Guerre entre Israël et le Hamas : des conditions de détention difficiles pour les otages

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Guerre entre Israël et le Hamas : des conditions de détention difficiles pour les otages
Guerre entre Israël et le Hamas : des conditions de détention difficiles pour les otages Guerre entre Israël et le Hamas : des conditions de détention difficiles pour les otages (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - A. Vahramian, L. de Villepin, S. Yassine, L. Lavieille
France Télévisions
franceinfo
La prolongation de la trêve entre Israël et le Hamas devrait permettre de nouvelles libérations d’otages. Lundi 27 novembre, Eitan a pu retrouver sa mère. Sa famille raconte ses 52 jours de captivité dans des conditions très difficiles.

Il est 23 heures, dans la soirée du lundi 27 novembre, quand Eitan, 12 ans, retrouve les bras de sa mère. Elle le serre très fort pour clore, dans des larmes de joie, 52 jours de séparations. Après une nuit à l'hôpital, les premiers détails ont filtré sur la détention du garçon. Sa grand-mère explique qu'il est resté seul, enfermé dans une pièce, les 13 premiers jours. "Ses premiers jours ont été très difficiles, Ils l'ont transféré avec un groupe du kibboutz. Là, il a vu l'une de ses maîtresses d'école, otage aussi. Il a beaucoup soutenu les autres enfants. Il jouait les grands frères, les faisait dessiner, il les calmait", raconte Esther Yahalomi, la grand-mère d'Eitan.  

Des menaces avec des armes

Lundi, les ravisseurs d'Eitan mettaient en scène sa libération et celle de neuf autres personnes. Quels traitements ces miliciens ont-ils réservés à leurs petits otages ? Selon des proches d'Eitan, les gardiens menaçaient de leurs armes ceux qui pleuraient trop bruyamment. "Il avait très faim parce qu’il n’avait pas assez à manger pour un garçon de douze ans. Ils l’ont obligé à regarder des vidéos très cruelles [du 7 octobre]", témoigne la tante d’Eitan. Mardi soir, il reste 150 otages et disparus israéliens à Gaza, dont 8 enfants. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.