Manche : des marins-pêcheurs sous le choc après avoir sauvé la vie de migrants en mer

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Manche : des marins-pêcheurs sous le choc après avoir sauvé la vie de migrants en mer
France 2
Article rédigé par
R.Michelot, France 3 Nord-Pas-de-Calais, M.Kassou - France 2
France Télévisions

Depuis le début de l'été, le nombre de migrants qui tentent de traverser la Manche pour rejoindre l'Angleterre, parfois au péril de leur vie, ne cesse d'augmenter. Des marins-pêcheurs, qui ont récemment porté secours à une embarcation à la dérive dans le détroit du Pas-de-Calais, témoignent face aux caméras de France Télévisions. 

Dans une embarcation de fortune, des migrants à la dérive tentent de rejoindre l'Angleterre par la Manche. Ils sont près de 40 entassés à bord. Au moins quatre d'entre eux viennent de chavirer. C'est un chalutier qui va leur porter secours. Leurs sauveteurs sont des pêcheurs. "On leur a lancé des filins, puis mon gars s'est mis à l'extérieur du bateau sur l'échelle et les a récupérés dans l'eau", raconte Nicolas Margollé, capitaine du chalutier Nicolas Jérémy.

Une expérience marquante

Ce jour-là, d'autres opérations de sauvetage sont en cours. Alerté par un cargo, l'équipage de Nicolas Margollé est le plus proche de l'embarcation. Avec ses matelots, il remonte quatre personnes à bord. "Tant bien que mal, j'ai réussi à les soulever, je suis passé en-dessous d'eux pour les asseoir en-dessous de mon épaule, et puis j'ai grimpé comme je pouvais", raconte Freddy Delattre.

D'autres migrants n'ont pas pu être sauvés. Une semaine après, les pêcheurs sont encore sous le choc. "Ça m'a beaucoup touché, ajoute le pêcheur. C'est le fait de les avoir pris contre moi, ils n'avaient pas la force de m'attraper. Je n’en parle pas, mais c'est vrai que ça fait super drôle." 6 000 migrants ont déjà tenté de traverser la Manche depuis le mois de janvier, presqu'autant que durant toute l'année 2020.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.