Guerre en Ukraine : les faits marquants du lundi 7 mars

La journée a été marquée par un troisième séance de négociations russo-ukrainiennes qui s'est achevé en début de soirée avec quelques "résultats positifs" sur les couloirs humanitaires, a annoncé un membre de la délégation ukrainienne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des réfugiés fuient la ville d'Irpin, au nord-ouest de Kiev (Ukraine), le 7 mars 2022.  (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Au douzième jour de l'invasion russe en Ukraine, les forces armées de Vladimir Poutine poursuivent le siège de la ville portuaire de Marioupol, qui résiste toujours. Kiev reste sous contrôle ukrainien, malgré d'importants bombardements. Kharkiv, la deuxième ville ukrainienne, est frappée de plus en plus fort par les bombes et désormais encerclée.

Le troisième round de négociations russo-ukrainiennes s'est achevé en fin de journée avec quelques "résultats positifs" sur les couloirs humanitaires, a annoncé un membre de la délégation ukrainienne. Autre sonde cloche côté russe : la session n'a pas "été à la hauteur des attentes" de Moscou.

Plusieurs villes ukrainiennes bombardées

Les lignes de front ont peu bougé au cours des dernières 24 heures. Kiev reste sous contrôle ukrainien, tout comme Kharkiv (nord-est), malgré d'intenses bombardements russes, qui ont notamment touché un complexe sportif d'une université locale et des immeubles civils. 

Au moins treize personnes ont été tuées dans un bombardement sur Makariv, ville située sur l'un des grands axes menant à Kiev depuis l'ouest. Les bombes ont touché une boulangerie industrielle où se trouvaient trente personnes environ, selon les services de secours ukrainiens.

Des missiles russes tirés depuis la mer se sont également abattus sur le village de Touzly, dans la région d'Odessa, port stratégique sur la mer Noire, selon l'armée ukrainienne. La ville d'Odessa est sans doute l’une des prochaines cibles des Russes. De nouveaux combats ont aussi eu lieu près de Soumy, dans le nord-est, selon le chef de l'administration militaire de la région, Dmitri Jivitsky. "Il y a des morts", a-t-il écrit sur Telegram.

L'ONU recense 406 civils morts et 801 blessés depuis le début de la guerre en Ukraine, selon un nouveau bilan (en anglais) publié lundi.

Kiev refuse les couloirs humanitaires vers la Biélorussie et la Russie proposés par Moscou

L'armée russe a annoncé l'ouverture de plusieurs couloirs humanitaires et l'instauration de cessez-le-feu locaux pour évacuer des civils des villes de Kiev, Kharkiv (nord-est), Marioupol (sud-est) et Soumy (nord-est). Mais la moitié de ces couloirs rejoignent la Russie ou la Biélorussie. Le gouvernement ukrainien a aussitôt refusé ces évacuations. Emmanuel Macron a dénoncé "le cynisme moral et politique" de cette proposition de Vladimir Poutine.

Une troisième session de négociations russo-ukrainiennes s'est par ailleurs déroulée en Biélorussie, portant principalement sur les couloirs humanitaires. Elles se sont achevées en fin de journée avec quelques "résultats positifs" sur "la logistique", a annoncé Mykhaïlo Podoliak, membre de la délégation ukrainienne, sur Twitter. Mais ces discussions n'ont pas "été à la hauteur des attentes" de Moscou, a déploré le représentant russe à ces discussions, Vladimir Medinski. "Nous espérons que la prochaine fois nous pourrons réaliser une avancée plus importante", a-t-il ajouté lors d'un point presse. 

L'UE examine les candidatures de l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie

L'Union européenne a entamé l'examen des demandes d'adhésion de l'Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie, a annoncé la présidence française du Conseil de l'UE. Les trois pays ont déposé leur demande après le début de l'invasion russe de l'Ukraine. La Commission européenne va devoir exprimer un avis officiel et les 27 devront ensuite décider s'ils accordent le statut de candidat aux demandeurs, avant des négociations longues et complexes. 

Le président ukrainien exhorte les Européens à intégrer son pays "sans délai" mais il n'existe aucune procédure d'urgence. L'intégration à l'UE est un processus au long cours pour rapprocher la législation du pays candidat du droit européen. La Commission européenne a par exemple mis deux ans pour rendre son avis après la demande d'adhésion de la Roumanie.

La Russie établit une liste de pays "hostiles", dont la France

Les autorités russes ont établi une liste de pays "hostiles" à la Russie, auxquels les particuliers et les entreprises russes pourront rembourser leurs dettes en roubles, monnaie dont la valeur a perdu 45% depuis janvier. Cette liste de pays comprend entre autres les pays de l'Union européenne, l'Australie, le Royaume-Uni, le Canada, Monaco, la Corée du Sud, les États-Unis, la Suisse et Japon.

Ce texte a été préparé à la suite d'un décret présidentiel de vendredi, qui établissait en termes vagues une "procédure provisoire" de remboursement des dettes "envers certains créanciers étrangers". Un débiteur pourra désormais demander à une banque russe de créer un compte spécial en roubles au nom du créancier étranger et de lui envoyer un paiement en équivalent rouble, au taux de change du jour de la Banque centrale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.