Cet article date de plus d'un an.

Sécheresse : la bataille des forages des nappes phréatiques

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Sécheresse : la bataille des forages des nappes phréatiques
Sécheresse : la bataille des forages des nappes phréatiques Sécheresse : la bataille des forages des nappes phréatiques (France 2)
Article rédigé par France 2 - V.Gaglione, F.Mazou, J-M.Talenton
France Télévisions
France 2
Le forage des nappes phréatiques est une pratique très courante, mais peu régulée. Dans la plaine du Roussillon, il y aurait seulement 2 000 forages déclarés sur les 5 000 existants. Les agriculteurs s’inquiètent de devoir bientôt limiter leur prélèvement.

Pratiquement toute l’année, il faut arroser des milliers de plants de tomates, concombres ou aubergines. Dans les Pyrénées-Orientales, toute l’eau d’une exploitation vient d’un forage, qui puise dans la nappe phréatique 20 000 m3 chaque année. Il doit depuis quelques années être déclaré, tout comme la consommation d’eau. L’objectif à terme est de partager l’eau et de diminuer l’arrosage. Chaque année, 36 millions de m3 sont puisés dans les nappes par les professionnels.

Pas de contrôle des quantités puisées

La préfecture veut limiter ces prélèvements. Un maraîcher se demande comment il va passer l’été. Pour le moment, il ne risque pas d’amende, mais les entreprises de forages sont submergées de demandes. Les nappes superficielles sont souvent asséchées, et il faut creuser plus profond. Les forages sont déclarés par l’entreprise mais ensuite, personne ne contrôle véritablement les quantités puisées. Dans la plaine du Roussillon, sur 5 000 forages agricoles estimés, 2 000 sont recensés, et 700 seulement possèdent un compteur.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.