Immeubles effondrés à Marseille : les noms des quatre premières victimes dévoilés

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Mardi 11 avril, la procureure de Marseille a dévoilé les noms de quatre des six victimes du drame retrouvées dans les décombres. Elles ont pu être identifiées grâce à leur ADN. -
Immeubles effondrés à Marseille : les noms de quatre premières victimes dévoilés Mardi 11 avril, la procureure de Marseille a dévoilé les noms de quatre des six victimes du drame retrouvées dans les décombres. Elles ont pu être identifiées grâce à leur ADN. - (France 2)
Article rédigé par France 2 - D. Schiengler, A. Richier, R. Chapelard, Y. Kadouch, @RevelateursFTV, France 3 Provence-Alpes
France Télévisions
France 2
Mardi 11 avril, la procureure de Marseille a dévoilé les noms de quatre des six victimes du drame retrouvées dans les décombres. Elles ont pu être identifiées grâce à leur ADN.

72 heures après la catastrophe, tout un quartier de Marseille (Bouches-du-Rhône) pleure des amis, des voisins. Les pompiers ont pour l’instant extrait des décombres six corps dont quatre ont pu être identifiés aujourd’hui. Au rez-de-chaussée, un couple de retraités n’a toujours pas été retrouvé. L’homme travaillait avant dans une boucherie. "C’était le rayon de soleil du quartier en fait, il va beaucoup nous manquer et moi je pense très fort à lui", confie celle qui lui a succédé à la boucherie. Avec sa femme, ils se promenaient souvent dans le quartier. Tous gardent un souvenir ému. 

Une veillée funèbre à la paroisse 

Au rez-de-jardin vivait Nicole Gacon, 66 ans, une Bordelaise tombée amoureuse de Marseille. Au premier étage se trouvait la doyenne de l’immeuble, Antonietta Alemo, 89 ans. Sa nièce peine à retenir ses larmes : "J’espère qu’elle n’a pas souffert dans cet accident". Une veillée funèbre a été organisée hier soir dans sa paroisse. Au 2eme étage, un couple de trentenaires s’était installé il y a tout juste un an. Enfin, sous les toits vivaient Anne-Marie et Jacques Praxy, un couple d’architectes marseillais. 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.