Intempéries dans le Grand Est : la prudence toujours de mise en Moselle, touchée par des pluies torrentielles

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Intempéries dans le Grand Est : la prudence toujours de mise en Moselle, touchée par des pluies torrentielles
Intempéries dans le Grand Est : la prudence toujours de mise en Moselle, touchée par des pluies torrentielles Intempéries dans le Grand Est : la prudence toujours de mise en Moselle, touchée par des pluies torrentielles (FRANCEINFO)
Article rédigé par France 2 - A. Hanquet, C. Arnold, H. Strobel, L. Bourgeois, France 3 Lorraine, images drone : Pierre Ferry
France Télévisions
France 2
Il a cessé de pleuvoir en Moselle, samedi 18 mai, après des inondations importantes. L’équivalent d’un mois de précipitations est tombé en moins de 24 heures. Bilan.

À Filstroff (Moselle), toutes les routes sont fermées, samedi 18 mai. Il n’est possible d’y accéder qu’en barque ou canoë. La Nied, l’un des cours d’eau qui traverse le département, a débordé. En quelques minutes, durant la nuit, une dizaine de maisons a été inondée. En 25 ans, c’est la première fois que l’eau monte aussi haut. Isabelle et Charles Hamm ont dû fuir en pleine nuit et ont trouvé refuge dans leur camping-car. "Tout flotte dans la maison, les meubles, tout est renversé. On n’a plus rien en bas", confient-ils. 

Des pluies torrentielles

Tout le département a été touché par des pluies torrentielles. Vendredi 17 mai, l’équivalent de plus d’un mois de précipitations est tombé en moins de 24 heures, transforment les champs et les villages en rivières.

À Bouzonville (Moselle), les pompiers ont multiplié les interventions. Dans le secteur, 150 personnes n’ont pas pu dormir chez elles. "Toute une vie, malheureusement perdue en l’espace de quelques minutes", déplore un père de famille, dont le rez-de-chaussée a été entièrement inondé. Si la décrue a commencé samedi matin dans certains secteurs, les autorités appellent à la prudence. La Nied est toujours en vigilance rouge. 

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.