Santé : ces pharmacies contraintes de fermer leurs portes

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Santé : ces pharmacies contraintes de fermer leurs portes
Santé : ces pharmacies contraintes de fermer leurs portes Santé : ces pharmacies contraintes de fermer leurs portes (France 2)
Article rédigé par France 2 - M-C. Delouvrié, M. Mouamma, P. Gantai, A. Brignoli, A. Morel
France Télévisions
France 2
Les officines appellent à la grève des gardes, durant le week-end des 18 et 19 mai, avant la grande mobilisation du 30 mai. Les pharmaciens réclament des revalorisations financières par l’Assurance maladie. Depuis janvier, 46 pharmacies ont fermé.

À Puycasquier, un petit village du Gers, la pharmacie est bien plus qu’un commerce. Depuis 25 ans aux commandes, Frank Debant connaît presque tous ses clients. Son officine est rentable, mais il fermera pour la première fois ses portes durant l’été pour les vacances, et peut-être bientôt définitivement, faute de successeur. "Si je suis contraint de fermer, ça va me briser le cœur pour ma clientèle, pour le village", confie-t-il. 

Des habitants inquiets 

La perspective de la fermeture inquiète également les clients. "Si on commence à ne plus avoir de pharmacies dans les petits villages, ça devient une catastrophe", confie l’une d’eux. Les charges de Frank Debant ont augmenté de 15% l’an passé, et son salaire ne dépasse pas 2 500 euros aujourd’hui, pas de quoi encourager la venue d’un remplaçant. 

Dans la Vienne, les 3 000 habitants de Boivre-la-Vallée n’ont plus d’officine depuis plus de deux ans. En conséquence, la boulangerie du village a perdu un quart de son chiffre d’affaires et licencié un salarié. En 2023, 300 pharmacies ont fermé leurs portes en France. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.