Réchauffement climatique : la technologie suffira-t-elle à régler le problème ?

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 9 min.
Pour "réparer" le climat, beaucoup de responsables politiques misent sur l'innovation technologique. (PIERRE ALBERT JOSSERAND / FRANCEINFO)

Face au réchauffement du climat, de nombreux responsables politiques et économiques parient sur l'innovation technologique comme principal levier de diminution de nos émissions de gaz à effet de serre. Un choix risqué et peu efficace, pour les scientifiques.

C'est une petite musique qui résonne dans les discours politiques. L'innovation technologique serait la réponse principale au réchauffement climatique provoqué par nos modes de vie très gourmands en énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz). Cette vision guidait le discours d'Emmanuel Macron, le 12 octobre, qui promettait avion bas-carbone, véhicules électriques, robotisation de l'agriculture et hydrogène vert dans le cadre du plan France 2030. L'argument se retrouvait aussi chez la plupart des candidats au congrès du parti Les Républicains. "Je veux faire vivre une nouvelle forme d'écologie, une écologie de progrès et de solutions (…) Redevenons une société d'innovation, pas une société de précaution excessive", déclarait ainsi Valérie Pécresse en août au Journal du dimanche. "Je répondrai à la crise climatique par le progrès, la science, le nucléaire, l'hydrogène", promettait pour sa part Eric Ciotti.

Air France a fait voler un avion avec un carburant composé à 84% de kérosène (pétrole) et à 16% d'huile de cuisson, le 18 mai 2021. (ERIC PIERMONT / AFP)

Ils ne sont pas les seuls sur cette ligne. Dans une tribune publiée dans le Financial Times* en amont de la COP26, Bill Gates se félicitait que "l'innovation" soit au programme de la conférence annuelle contre le réchauffement climatique. Pour le cofondateur de Microsoft, elle "est le seul moyen pour le monde de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre" afin d'atteindre la neutralité carbone en 2050, ce point où nous émettrons autant de gaz à effet de serre que la terre peut en absorber.

"Le techno-optimisme bloque toute action sérieuse"

Cet optimisme technologique ne se base pourtant sur aucun fait scientifique. "La technologie ne résoudra pas le changement climatique parce qu'elle ne peut pas être déployée à l'échelle suffisante dans les temps", a rappelé dans les colonnes du même journal* Julian Allwood, chercheur en ingénierie à l'université de Cambridge. Coauteur du 5e rapport du Giec (le groupe d'experts intergouvernementaux sur l'évolution du climat), il compare le discours techno-optimiste à celui d'un médecin qui conseillerait à un alcoolique de continuer à boire, parce que le gouvernement développe une technologie pour réparer le foie. A l'appui de cette tribune figurent des calculs, détaillés dans un article scientifique*, sur nos besoins en électricité décarbonée, en techniques de captation du CO2 dans l'atmosphère et en biocarburants.

Contacté par franceinfo, le chercheur britannique explique sa démarche : "Cela fait longtemps que je m'inquiète du techno-optimisme. Il bloque toute action sérieuse d'atténuation du réchauffement climatique." Un avis partagé par Jean-Marc Jancovici, fondateur du cabinet de conseil Carbone 4, membre du Haut Conseil pour le climat : "Le discours sur la négation du problème, le climatoscepticisme, a quasiment disparu de la sphère médiatique, mais le déni a basculé vers une excessive facilité à régler le problème par la seule technique."

Un champ d'éoliennes offshore, le 26 mai 2021 au large de Liverpool (Royaume-Uni). (PAUL ELLIS / AFP)

Pour les deux spécialistes, le facteur-clé est temporel. Est-il possible de déployer suffisamment d'éoliennes, de panneaux solaires, de centrales nucléaires ou de stations de captage de CO2 à temps ? "On ne parle pas ici de la production de simples smartphones, mais de grands projets, prévient Julian Allwood. Même lorsque des économies d'échelles [réalisées habituellement lorsqu'on fabrique un produit en grande quantité] s'appliquent, comme pour les pales d'éoliennes, le facteur crucial, c'est la durée de la demande de permis, de la consultation, de la régulation et de la construction des infrastructures pour les installer sur site", observe-t-il. Bref, tout sauf le temps de production du produit lui-même.

Dans le cas de la capture de CO2, "si nous voulions reprendre dans l'air la totalité de nos émissions de CO2, il faudrait y consacrer toute la production d'électricité mondiale et que celle-ci soit décarbonée", calcule Jean-Marc Jancovici. Ce processus nécessite également une importante quantité de chaleur, "supérieure à celle dégagée par l'ensemble du pétrole mondial". Cette technologie, embryonnaire et coûteuse, est donc trop énergivore pour être généralisée.

Même problème pour l'avion bas-carbone, cher au président de la République. "Le scénario de limitation du réchauffement à 2 °C suppose que nos émissions baissent de 5% par an, rappelle le polytechnicien. L'avion à hydrogène de 2035 ne permet pas de diminuer les émissions du secteur aérien jusqu'à cette date, alors que nous devrions avoir déjà réduit de 55%." Au rythme actuel de développement de cette technologie, "en 2035, nous n'aurons qu'un avion à hydrogène". Une goutte d'eau dans une flotte internationale qui compte aujourd'hui plus de 25 000 avions commerciaux* au kérosène (pour le transport de passagers et de marchandises) et qui ne cesse de grossir.

Historiquement, du jamais-vu

L'histoire de nos consommations énergétiques ne plaide pas non plus pour Bill Gates et les adeptes du tout-technologique. "Leur discours repose sur une vision 'phasée' de l'histoire des techniques qui ne tient pas du tout la route", analyse Jean-Baptiste Fressoz, historien des sciences, des techniques et de l'environnement. Une vision selon laquelle les différentes énergies se succèderaient dans le temps. Si c'était le cas, le bois aurait dû être remplacé par le charbon, qui aurait laissé sa place au pétrole, lui-même chassé, demain, par les énergies décarbonées (renouvelables et nucléaires).

"Le capitalisme n'a jamais fait une transition énergétique et on ne s'est jamais débarrassé d'une source d'énergie. A chaque fois, les nouvelles énergies s'assoient sur une consommation très importante des anciennes."

Jean-Baptiste Fressoz, historien

à franceinfo

Le charbon a eu besoin de bois pour la construction des mines, les éoliennes nécessitent un recours au pétrole ou au charbon pour être fabriquées et déplacées. Selon les données d'Our World in Data*, le pic de la consommation mondiale de charbon, énergie associée, dans l'imaginaire, au XIXe siècle, a été atteint en 2014. Jean-Baptiste Fressoz insiste aussi sur "le temps de diffusion des techniques", qui ont besoin de plusieurs décennies pour se déployer à l'échelle mondiale.

Une mine de charbon, le 2 novembre 2021 à Datong (Chine). (NOEL CELIS / AFP)

Les pièges de "l'effet rebond"

Par le passé, les économies d'énergie réalisées ont aussi, souvent, provoqué l'augmentation des usages et donc de la consommation d'énergie. C'est "l'effet rebond". "Dans l'aérien, la mise au point de turboréacteurs plus performants et moins consommateurs a entraîné une baisse des prix, a permis le développement de l'aviation low cost et un déploiement phénoménal de ce mode de transport", rappelle Philippe Bihouix, ingénieur et auteur de L'âge des low tech (Seuil, 2014). Résultat, les émissions de CO2 du secteur ont quadruplé depuis 1966, comme le montre Our World in Data*. Le même phénomène s'observe pour le covoiturage longue distance : "Des gens vont faire plus régulièrement un trajet grâce à la contribution économique de leurs passagers", illustre Philippe Bihouix. Idem dans le secteur numérique : "La 5G consomme moins d'énergie par octet, mais multiplie le nombre d'octets échangés."

"Se réfugier dans le techno-solutionnisme est une manière paresseuse de se rassurer en disant : 'Les ingénieurs vont résoudre le problème.'"

Philippe Bihouix, ingénieur

à franceinfo

Le directeur général de l'agence d'architecture pluridisciplinaire Arep souligne aussi la quantité de ressources nécessaires pour mener à bien la stratégie du tout-innovation. "Le monde n'est pas en train de se dématérialiser. Nous n'avons jamais extrait autant de ressources. Toutes les grandes agences pointent la gigantesque extraction de minerais inévitable pour déployer les énergies renouvelables", prévient-il. Les batteries électriques demandent par exemple du lithium et du cobalt, deux métaux rares. Ce partisan des "low tech" prône aussi une réorientation de la technologie vers des produits plus durables, plus utiles à la société – "le robot chirurgien plutôt que le distributeur de croquettes pour chat à reconnaissance faciale" – et moins énergivores.

"Il faut commencer dès maintenant à réduire nos émissions"

Au-delà de ces considérations pratiques, il y a les limites climatiques. Autrice du volet "atténuation" du prochain rapport du Giec, Céline Guivarch rappelle que la trajectoire d'émissions compte plus pour le changement climatique que le point d'arrivée en 2050. "Le niveau auquel le réchauffement se stabilisera dépend du cumul des émissions. Il ne faut pas parier que le problème sera réglé d'ici à 2050, parce que, d'ici là, nous aurons émis des gaz à effet de serre qui auront empiré le réchauffement. Il faut commencer dès maintenant à réduire nos émissions", développe l'économiste, membre du Haut Conseil pour le climat.

Ce schéma illustre l'importance de la trajectoire de réduction de nos émissions. Les deux trajectoires arrivent à la neutralité carbone en 2050 mais la 1 provoque des émissions de gaz à effet de serre bien plus importantes. (FRANCEINFO)

En clair, atteindre la neutralité carbone en 2050 ne nous sortira pas d'affaire si nous avons déjà réchauffé le climat au-delà de 1,5 ou 2 °C avant cette date : les vagues de chaleur, les incendies de forêt, les inondations, les pluies torrentielles se multiplieront et le niveau de la mer montera.

Des Grecs luttent contre un feu de forêt, le 8 août 2021 à Pefki. (ANGELOS TZORTZINIS / AFP)

Si le Giec évoque les solutions de captation de CO2, il n'est pas sur la même ligne que les partisans du tout technologique. "Le potentiel de la captation est limité, donc on ne peut pas penser tout résoudre par des émissions négatives. Il faut d'abord que les émissions soient réduites", clame Céline Guivarch. Ces technologies ne pourront servir qu'à parcourir les derniers mètres de la longue marche vers la neutralité carbone.

Elle appelle enfin à ne pas opposer "la technologie d'un côté et la sobriété de l'autre", citant l'exemple du vélo électrique, un moyen de transport innovant plus sobre que la voiture.

Sortir des visions caricaturales

Chargée de tracer des chemins vers la neutralité carbone, l'Agence nationale pour la transition écologique (Ademe) mêle justement innovation technique et sobriété dans ses quatre scénarios, dévoilés le 30 novembre. "Il faut sortir des visions caricaturales. Ce ne sont pas les décroissants contre les techno-optimistes. Il y a deux manières de réduire la demande d'énergie et nos émissions : la sobriété et l'efficacité énergétique", expose son directeur général, Fabrice Boissier.

Les scénarios proposés vont de la frugalité au tout-technologique. "Ce dernier scénario, qui refuse d'orienter la technologie et continue de développer des usages pas forcément utiles, comme le tourisme spatial, nous mène dans le mur", poursuit Fabrice Boissier, avant de préciser : "Nous ne disons pas : 'Voilà ce qu'il faut faire'. Mais il faut que la nation se préoccupe du sujet et décide où elle veut aller".

La question est en effet politique et morale, plus encore que scientifique. Céline Guivarch souligne le problème "d'équité entre les générations" posé par l'option du tout-technologique, parce que le pari est "risqué" : "Si ces technologies ne sont pas au rendez-vous, cela risque de nous mettre, nous et les générations futures, dans la situation de devoir payer le coût de ce pari manqué." "Si cela n'engageait que notre président, je lui dirais 'chiche ?' et je lui demanderais s'il était prêt à parier ses économies là-dessus, lance Jean-Marc Jancovici. Mais ce serait pervers : il s'agit de notre avenir".

*Les liens suivis d'un astérisque dirigent vers des sources en anglais.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.