Demande du retrait du titre de séjour d'un imam du Gard : qu’est-ce qui est reproché à Mahjoub Mahjoubi ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Demande du retrait du titre de séjour d'un imam du Gard : qu’est-ce qui est reproché à Mahjoub Mahjoubi ?
Demande du retrait du titre de séjour d'un imam du Gard : qu’est-ce qui est reproché à Mahjoub Mahjoubi ? Demande du retrait du titre de séjour d'un imam du Gard : qu’est-ce qui est reproché à Mahjoub Mahjoubi ? (France 2)
Article rédigé par France 2 - H.Puffeney, V.Chatelier, F.Mazou, France 3, L. Lavieille
France Télévisions
France 2
Mahjoub Mahjoubi, un imam du Gard, est accusé de prêche anti-France. Une enquête préliminaire a été ouverte pour apologie du terrorisme et le ministre de l’Intérieur a demandé, lundi 19 février, le retrait de son titre de séjour en vue de son expulsion du territoire.

C’est un extrait, diffusé sur les réseaux sociaux, qui a provoqué la colère des autorités. On y voit l’imam prêcher en ces termes : "On n’aura plus tous ces drapeaux tricolores, qui nous gangrènent, qui nous font mal à la tête, qui n’ont aucune valeur auprès d’Allah. La seule valeur qu’ils ont, c’est une valeur satanique." Par ces propos, Mahjoub Mahjoubi est devenu indésirable en France, selon le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui a demandé, lundi 19 février, le retrait de son titre de séjour en vue de son expulsion du territoire.

Surveillé depuis plusieurs mois

Ce ressortissant tunisien, âgé de 52 ans, officie à la mosquée de Bagnols-sur-Cèze (Gard). Selon le préfet du Gard, il était surveillé depuis des mois pour des prêches antisémites ou sexistes. Abdallah Zekri, vice-président du centre français du culte musulman, condamne fermement ses propos. "Je ne peux pas accepter ces paroles et je les dénonce avec force", dit-il. L’imam, lui, parle d’un "lapsus". Une enquête préliminaire a été ouverte pour apologie du terrorisme. En parallèle, la préfecture du Gard étudie dans quelles conditions ce père de famille pourrait être expulsé du territoire français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.