Débarquement en Normandie : les célèbres plages bientôt classées au patrimoine mondial de l'Unesco ?

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Alors que nous célébrons cette année le 80e anniversaire du débarquement de Normandie, l'idée de l'inscription des célèbres plages du débarquement au patrimoine mondial de l'Unesco fait son chemin. Elles sont devenues un lieu de mémoire pour toutes les familles des soldats tombés au combat le 6 juin 1944.
Débarquement en Normandie : les célèbres plages bientôt classées au patrimoine mondial de l'Unesco ? Alors que nous célébrons cette année le 80e anniversaire du débarquement de Normandie, l'idée de l'inscription des célèbres plages du débarquement au patrimoine mondial de l'Unesco fait son chemin. Elles sont devenues un lieu de mémoire pour toutes les familles des soldats tombés au combat le 6 juin 1944. (France 2)
Article rédigé par France 2 - F.Griffond, J.-M.Lequertier, S.Ho, L.Bleuzen
France Télévisions
France 2
Alors que nous célébrons cette année le 80e anniversaire du débarquement de Normandie, l'idée de l'inscription des célèbres plages du débarquement au patrimoine mondial de l'Unesco fait son chemin. Elles sont devenues un lieu de mémoire pour toutes les familles des soldats tombés au combat le 6 juin 1944.

Elles s'étendent sur 80 km entre Ouistreham (Calvados) et Quinéville (Manche). Les plages du débarquement sont candidates à une inscription au patrimoine mondial de l'Unesco, et le dossier semble avancer. "Nous avons voyagé dans le monde entier et on a visité de nombreux sites classés à l'Unesco, et celui-là le mérite amplement", se réjouit un Américain venu honorer le sacrifice de ses ancêtres pour la liberté.

La candidature à l'étude

Le 6 juin 1944, 150 000 hommes débarquent en quelques heures depuis 5 000 bateaux. 10 000 de ces jeunes soldats n'ont jamais atteint le bout de la plage d'Omaha, de Juno ou de Gold Beach, mais l'opération Overlord marqua le début de la libération de l'Europe du joug nazi. Jusqu'ici, l'Unesco refusait de classer des sites de guerre, mais l'institution vient de changer d'avis et se dit prête à étudier cette candidature. De quoi satisfaire la région Normandie et tous ceux qui transmettent la mémoire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.