Lille, Lyon, Paris, Rennes... : des milliers de personnes ont défilé contre le racisme et les violences policières partout en France

Le ministère de l'Intérieur estime qu'il y a eu 23 300 manifestants contre les violences policières ce samedi en France, a appris franceinfo auprès du ministère.

Des manifestants, à Paris, sur la place de la Concorde, le 6 juin 2020.
Des manifestants, à Paris, sur la place de la Concorde, le 6 juin 2020. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Le ministère de l'Intérieur estime qu'il y a eu 23 300 manifestants pour dénoncer les violences policières, le racisme et demander justice pour Adama Traoré, mort lors de son interpellation en juillet 2019. Les autorités ont comptabilisé 17 800 manifestants dans les villes de province, 5 500 personnes dans les deux rassemblements parisiens près de la Concorde et sur le Champ de Mars.

Vers 20h20, la dernière manifestation encore en cours à Paris touchai à sa fin, les forces de l'ordre tentant de vider le Champ de Mars, selon la journaliste de France Inter sur place. Des heurts ont éclaté en fin de manifestation à Lille et à Lyon, tandis qu'à Metz des manifestants ont tenté d'entrer dans le palais de justice et ont légèrement blessé le procureur, indique France Bleu.

>> DIRECT. Paris, Lyon, Rennes, Bordeaux… Des milliers de personnes se rassemblent contre le racisme et les violences policières en France

Paris. À Paris, un bon millier de personnes se sont rassemblées sur le Champ de Mars. Après avoir tourné autour des pelouses, les manifestants se sont regroupés devant l'Ecole militaire pour faire face au cordon de CRS, entonnant notamment le slogan "Justice pour Adama", sans débordement. Vers 20 heures, les forces de l'ordre ont demandé aux manifestants de quitter les lieux, certains refusent de partir pour le moment. L'autre manifestation parisienne vers la place de la Concorde, à proximité de l'ambassade des États-Unis, s'est dispersée. Elle a rassemblé également un bon millier de personnes. Certaines avaient l'intention de rejoindre le Champ de Mars, elles ont été empêchées d'emprunter le pont de la Concorde par un important dispositif de sécurité. Ces deux rassemblements étaient interdits par la préfecture de police.

Lille. À Lille, 2 000 personnes manifestent dans les rues. Elles dénoncent un "racisme policier et des violences chez les forces de l’ordre", indique France Bleu Nord. La préfecture a comptabilisé de son côté au moins 1 500 manifestants. En fin de manifestation, des heurts ont éclaté entre certains manifestants et les forces de l'ordre sur la place de la République. Des échanges de projectiles et de gaz lacrymogène ont eu lieu pendant une heure. Au moins une personne a été interpellée, indique France Bleu.

Lyon. À Lyon, la manifestation, qui était autorisée, a réuni plus de 5 000 manifestants au départ de la place Bellecour. La foule, constituée de nombreux jeunes, a marché en direction de l'hôtel de ville et la préfecture. En fin d'après-midi, un groupe de cinquante personnes a tenté d'attaquer les commissariats des 3e et du 6e arrondissements, les vitres ont été caillassées sans se briser, une voiture de police sérigraphiée a également été dégradée, indique France Télévisions, sur la base d'une source policière.

Metz. À Metz également, des débordements ont été signalés en fin du cortège qui a rassemblé plusieurs des centaines de personnes. En fin de rassemblement, une partie des manifestants a tenté de marcher vers le centre-ville, ils ont été rapidement arrêtés par des cordons de CRS. Il n'y a pas eu de violence.

Rennes. À Rennes, plus d'un millier de manifestants se sont réunis autour d'Awa Gueye, la sœur de Babacar, tué par la police en 2015, sur l'esplanade Charles de Gaulle, indique France Bleu Armorique. En fin de rassemblement, une partie des manifestants a tenté de marcher vers le centre-ville, ils ont été rapidement arrêtés par des cordons de CRS. Il n'y a pas eu de violence. indique France Bleu Armorique.

Poitiers. À Poitiers, des centaines de personnes se sont rassemblées devant l'hôtel de ville pour participer à une manifestation, selon France Bleu Poitou. Certaines portent des pancartes "Racism is the pandemic" (le racisme est la pandémie) et "Laissons les respirer", faisant échos à l'une des dernières phrases prononcées par l'Afro-américain George Floyd avant de mourir lors d'une interpellation aux États-Unis à la fin du mois de mai.

Nancy. Par ailleurs, plusieurs centaines de personnes ont défilé à Nancy en scandant "Police partout, justice nulle part", rapporte France Bleu Sud Lorraine.

Plusieurs centaines de personnes se sont aussi mobilisées à Bordeaux et au Mans selon les images de France Bleu Gironde et France Bleu Maine. A Nîmes, on a compté une centaine de personnes, d'après France Bleu Gard Lozère. Quelques dizaines de personnes se sont également rassemblées à Périgueux ce samedi matin.