Racisme et violences policières : 23 300 personnes ont manifesté en France, dont 5 500 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur

La mort de George Floyd, fin mai, continue de susciter l'indignation dans de nombreux pays. Des rassemblements ont eu lieu un peu partout dans le monde et dans plusieurs villes de France.

Des milliers de personnes manifestent contre les violences policières à Marseille, le 6 juin 2020.
Des milliers de personnes manifestent contre les violences policières à Marseille, le 6 juin 2020. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Je ne peux pas respirer" : bravant la pandémie de coronavirus, des milliers de manifestants indignés se sont rassemblés, samedi 6 juin, à travers la planète, pour dénoncer les inégalités raciales et les brutalités policières, ainsi que la mort de George Floyd, un Noir américain, asphyxié fin mai par un policier blanc à Minneapolis, aux Etats-Unis. En France, 23 300 personnes ont manifesté, dont 5 500 à Paris, selon des chiffres annoncés par le ministère de l'Intérieur samedi dans la soirée.

Des milliers de personnes rassemblées en France. A Paris, environ 5 500 personnes se sont rassemblées pacifiquement, dans deux cortèges distincts. Une manifestation a d'abord eu lieu vers la place de la Concorde, à proximité de l'ambassade des Etats-Unis, la seconde sur le Champ de Mars, malgré l'interdiction du préfet de police. En revanche, aucune interdiction officielle n'a été prononcée à Lyon, où les manifestants se sont rassemblés place Bellecour. Environ 6 000 personnes ont défilé dans les rues de la ville. D'autres rassemblements ont lieu un peu partout en France, comme à Rennes, où plus d'un millier de manifestants se sont réunis autour de Awa Gueye, la sœur de Babacar, tué par la police en 2015. Plusieurs milliers de personnes se sont aussi mobilisées à Lille, à Beauvais, à Bordeaux, au Mans et à Poitiers, ainsi qu'à Marseille, où des milliers de personnes ont défilé.

 Quelques heurts en fin de manifestations. Des heurts ont éclaté en fin de rassemblement à Lille. Des échanges de projectiles et de gaz lacrymogène ont eu lieu pendant une heure. A Lyon,un groupe de cinquante individus ont tenté d'attaquer des commissariats, selon une source policière à France télévisions. Tandis qu'à Metz des manifestants ont tenté d'entrer dans le palais de justice et ont légèrement blessé le procureur, indique France Bleu.

Rassemblement massif à Washington. "Retirez votre genou de notre cou !" : des milliers de manifestants ont convergé vers le centre de Washington pour protester contre le racisme et les brutalités policières, lors d'une journée marquée par une nouvelle cérémonie à la mémoire de George Floyd. Sous un soleil de plomb, la foule s'est massée dans la capitale fédérale américaine, dont la maire a apporté un soutien appuyé au mouvement de protestation. Les manifestants se sont rassemblés dans les rues menant à la Maison Blanche mais aussi aux abords du mémorial de Lincoln, où Martin Luther King avait lancé son fameux "I have a dream". 

Des manifestations dans plusieurs villes australiennes. Plus tôt, des rassemblements ont été organisés à Sydney, Melbourne, Adélaïde, Hobart, Melbourne et Brisbane, où plus de 5 000 personnes étaient présentes. Les participants ont aussi dénoncé les mauvais traitements infligés par la police aux populations indigènes.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #VIOLENCES_POLICIERES

23h23 : Ce live fait une pause pour la nuit. Voici les principaux titres de l'actualité.

• Plus de 23 000 personnes ont battu le pavé contre les violences policières un peu partout en France, dont 5 500 à Paris, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Alors que les auteurs de l'étude du Lancet sur l'hydroxychloroquine ont demandé le retrait de l'article, enquête sur la drôle de société Surgisphere qui a fourni des données utilisées dans l'étude.


• Depuis quelques mois, les antennes relais sont devenues une cible... Mais qui les sabote un peu partout sur le territoire national ? L'identification des auteurs tourne au casse-tête pour la police.

• Les commémorations de l'anniversaire du débarquement de Normandie du 6 juin 1944 ont été réduites au plus strict minimum en raison de l'épidémie de coronavirus. En voici les principales images.

Rendez-vous demain, dès neuf heures, pour la suite de ce live.

23h01 : Le boxeur Anthony Joshua a battu le pavé cet après-midi à Londres contre les violences policières. Et au micro, il a estimé que les manifestants représentaient le "vaccin" contre le "virus" du racisme : "Le virus auquel je fais référence s'appelle le racisme. Combien de temps allons-nous laisser le racisme se répandre dans nos communautés ?"

22h57 : De nombreux élus du RN ont vivement réagi aux manifestations contre les violences policières qui ont rassemblé 23 000 personnes en France selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

22h43 : Des nouvelles du cortège de Washington. Les organisateurs espèrent rassembler un million de personnes.

21h51 : Même situation il y a . . . 45 ans, porte de la Villette : opération coup-de-poing de la police ( Poniatowski à l’époque ministre de l’intérieur), costume / cravate au retour du travail, pas de contrôle, 15 mn plus tard, en blouson de cuir et jean, contrôle d’identité et tutoiement. Rien de changé, même pire, près d’un demi siècle après.

21h51 : Dans les commentaires, fait écho au post envoyé par @Mxm publié il y a dix minutes qui constate que les policiers n'ont pas la même attitude selon la tenue que l'on revêt.

21h49 : Les manifestants ont été évacués du Champ-de-Mars par la police, fermement, mais sans incident.

21h41 : Je vois beaucoup de messages de soutien à la police. Mais en tant que cadre supérieur d’une grande entreprise, 32 ans, je mesure la différence entre le « bonjour monsieur » que génère mon costume au retour du travail à 20h, et le « hé toi viens là, joue pas au con, kesketufoulà à cette heure » quand je repasse dans l’autre sens deux heures plus tard en survet pour aller voir des amis, et devant les mêmes policiers qui ne me reconnaissent même pas. Il y a un vrai problème de mentalité, de jugement et de catégorisation à priori basés sur l’apparence physique et le comportement social qui est censé en découler. Autrement dit, du racisme, de la stigmatisation, de la généralisation, une sorte de profilage réalisé par des personnes n’ayant ni la capacité ni la compétence de le faire. De là à imaginer les dérives qui peuvent en découler il n’y a qu’un pas. Alors non, pas de message de soutien à la police de ma part, pas sans une véritable introspection étique qui me semble tarder à prendre forme.

21h41 : J'habite Rouen et je suis allée à la manif hier en hommage à Georges Floyd et contre le racisme insupportable de certains policiers dont ceux de Rouen, qui se vantent d'être armés, se préparent à la guerre raciale et sont toujours en poste !! Au secours ! Leurs propos ne sont pas uniquement ignobles mais dangereux. Je ne me sens plus du tout en sécurité dans ma ville.

21h40 : Deux témoignages de lecteurs dans des situations différentes, mais qui traduisent la perte de confiance dans la police.

21h40 : "On a effectivement des racistes dans la police nationale, mais ils sont fort heureusement d'une extrême minorité."

Sur franceinfo, Yves Lefebvre appelle à faire le ménage dans les rangs de la police mais tient à rappeller que le ministère de l'Intérieur " est le seul à avoir eu le label de la diversité, justement, en 2018. C'est le seul ministère de l'Etat français qui a ce label qui est accordé, délivré par des organismes privés."


21h27 : Selon le ministère de l'Intérieur, 23 300 manifestants ont pris part aux cortèges contre les violences policières dans l'Hexagone, dont 5 500 à Paris.

21h16 : bien sûr qu'il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac. Bien sûr que ce qui se passe aux États-Unis n'est pas transposable à la France. Mais c'est un peu trop facile de détourner le regard: le déni dans lequel on se drape en France est nocif. Pourquoi ne sommes nous pas plus exigeants avec notre police ? Un prof qui lève la main sur un élève est révoqué quand bien même ce dernier était violent.

21h15 : Les statistiques du Défenseur des droits qui est une autorité administrative indépendante estime que les jeunes hommes perçus comme noirs ou arabes ont une probabilité vingt fois plus élevée d’être contrôlés que les autres.Palpation, fouille des sacs, tutoiement, humiliation... ça c’est la «panoplie» classique des contrôles d’identité et toutes ces pratiques révèlent un racisme conscient ou inconscient. Et je trouve qu’il est partial de ne pas considérer les propos de ce syndicaliste qui vit la police de l’intérieur depuis des années et qui peut être à même de donner un état d’esprit global présent dans la police française. Dire que la police française est raciste serait faux parce que j’ai rencontré des policiers très professionnels et pas du tout axés sur les couleurs des uns et des autres . Par contre je suis d’avis qu’il y a une majorité de policiers racistes dans la police française la nuance est importante.

21h14 : D'autres pointent des chiffres, récemment divulgués par le défenseur des droits, qui mettent en évidence un biais contre les personnes noires ou maghrébines.

21h13 : Détrompez-vous messieurs dames, tout le monde ne déteste pas la police . Et ceux qui manifestent et protestent sans discernement ne sont pas forcément majoritaires 😉. Nous sommes même tentés de dire 'loin de là !"

21h13 : Bonsoir,Je suis toujours étonné par la virulence de certains contre la police au sens large, l’accusant de racisme, de violence, etc.. mais on ne parle pas souvent des conditions de travail des policiers ,insultés quotidiennement, méprisés, violentés plus souvent qu’à leur tour. Alors si les mauvais comportements de certains doivent être sanctionnés, essayons d’être un peu plus impartiaux dans nos jugements. Si un jeune se blesse alors qu’il roule à scooter, ce n’est pas forcément de la faute de la police comme les médias le sous entendent souvent.

21h12 : Vous êtes nombreux à nous donner votre ressenti sur les manifestations contre les violences policières. Notamment le chant "tout le monde déteste la police" repris dans beaucoup de cortèges, et dans nombre de vidéos diffusées ici, qui vous fait réagir.

20h56 : De l'autre côté de l'Atlantique, des images impressionnantes qui nous arrivent de Philadelphie. Comme à Washington, on attend une participation massive pour ce rassemblement.

20h54 : Il y a aussi eu des incidents à la fin de la manifestation contre les violences policières à Londres. Après plusieurs heures de rassemblement pacifique, des incidents ont éclaté en fin de journée aux abords de Downing Street, la résidence du premier ministre. Des projectiles comme des bouteilles ont été lancés sur la police qui a chargé à cheval pour tenter de disperser les manifestants. L'un des policiers a chuté de sa monture. Selon le Daily Telegraph, 13 personnes ont été interpellées.

20h44 : A noter que les manifestants massés sur le Champ-de-Mars refusent de quitter les lieux. Les premières tensions apparaissent.

20h40 : Selon la préfecture de Moselle, quatre membres des forces de l'ordre ont également légèrement blessés au cours de la manifestation contre les violences policières dans la cité lorraine, qui s'est conclue par des incidents. Des impacts ont été relevés sur les vitres du palais de justice. Treize personnes ont été interpellées.

20h06 : Impressionnantes images de la mobilisation à Marseille contre les violences policières.

20h03 : Il est 20 heures, l'heure d'un nouveau point sur l'actualité.

Des cortèges sont organisés un peu partout en France pour dénoncer les violences policières. A Paris, les deux rassemblements, interdits par la préfecture, ont regroupé beaucoup de monde. Suivez l'évolution de la situation dans notre direct. A noter qu'à Washington, un rassemblement monstre se prépare.

Alors que les auteurs de l'étude du Lancet sur l'hydroxychloroquine ont demandé le retrait de l'article, enquête sur la drôle de société Surgisphere qui a fourni des données utilisées dans l'étude.


• Depuis quelques mois, les antennes relais sont devenues une cible... Mais qui les sabote un peu partout sur le territoire national ? L'identification des auteurs tourne au casse-tête pour la police.

Florence Parly a annoncé, hier soir, que le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'Algérien Abdelmalek Droukdal, avait été tué par les forces françaises dans le nord du Mali.

19h57 : Les figures des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues et Maxime "Flyrider" Nicolle sont présents au rassemblement du Champ-de-Mars.

19h54 : Des incidents à signaler à Lyon, à la fin de la manifestation contre les violences policières. Selon une source policière à France télévisions, une cinquantaine d'individus ont tenté d'attaquer les commissariats du 3e et 6e arrondissement. Les vitres ont notamment été caillassées sans se briser. Ils ont tenté d'incendier une voiture siglée "police" dans le parking.

19h37 : L’artiste français Combo a également réalisé une œuvre de street art en face d’un commissariat de police à l’occasion de Street Art Festival cette semaine #blacklivesmatter : https://www.facebook.com/456668207859222/posts/1511443365715029/?vh=e&d=n

19h36 : @Audrey nous signale qu'avant Banksy, d'autres street-artists français ont réagi avec leurs bombes à peinture au mouvement de protestation contre les violences policières.

19h28 : Des incidents ont éclaté à Metz à la fin de la manifestation contre les violences policières. Le procureur a même été légèrement blessé. "En secouant la grande porte du palais de justice, des manifestants ont réussi à forcer la petite porte pour les piétons, explique-t-il à l'AFP. "Je suis venu voir les dégâts et j'ai reçu un caillou sur le nez."

19h22 : @Condescendance Je rappelle que le groupe Facebook où des policiers échangeaient des messages racistes rassemblait 8 000 personnes, et qu'il y a environ 300 000 policiers et gendarmes en France.

Je vous invite à lire l'entretien qu'a donné le chercheur Mathieu Zagrodzki à Marianne, qui revient sur les pratiques structurantes des polices française et américaine.

19h19 : Je trouve que beaucoup de gens que vous relayez font preuve de condescendance, à croire que les manifestants sont trop bêtes pour faire la différence entre les États-Unis et la France. En fait, on a des cerveaux (si si) et on connaît les différences mais aussi les points communs. Si on parle d'un problème général dans la police, c'est parce que l'institution a été construite avec des bases racistes. Ce n'est pas exactement comme aux États-Unis, en effet, mais le problème reste réel et voir le problème aux États-Unis sans voir ce qui se joue en France relève de l'incapacité à se remettre en question. C'est toujours plus facile de voir les problèmes ailleurs hein. Nous dire que c'est "pas tous les policiers" et qu'il faut simplement punir ceux qui agissent mal est complètement à côté de la plaque. L'impunité de ceux-là existe parce qu'il y a des bases malsaines dans cette institution, ce qui leur permet de se sentir libres d'agir comme ils veulent, notamment en pouvant être aussi racistes qu'ils le veulent. Alors on parle bien d'un système à revoir intégralement pour mettre fin aux violences et au racisme de "quelques uns" (comme disent certains ici). Et quand on voit le nombre de policiers concernés par les révélations récentes de participation à des groupes de discussion racistes, quand on voit le nombre de contrôles au faciès, y compris pendant le confinement, dire que c'est "quelques uns" c'est refuser de reconnaître des faits établis. Si autant de policiers se permettent cela, ce n'est pas parce que ce sont intrinsèquement des personnes mauvaises mais parce qu'ils évoluent dans un milieu institutionnel qui a été construit sur des bases qui favorisent l'émergence de comportements et propos racistes. Alors si vous vouliez vraiment montrer qu'il y a plein de policiers bien, vous ne diriez pas de dire "mais pas tous les policiers", vous vous battriez pour changer un système malsain afin que tous ces bons policiers dont vous nous parlez aient la possibilité de montrer qu'ils sont bien justement. Faut réfléchir un peu des fois et prendre des cours d'histoire. Ou si les gens ne se donnent pas la peine de faire ça, qu'ils évitent au moins de faire preuve de condescendance vis-à-vis de manifestants capables d'analyser une situation en se basant sur l'histoire de la France et de ses institutions.

19h18 : Bonjour à tous, petite réflexion au sujet des violences policières et du racisme dans la police : en mon sens la France n'a pas besoin de débat. Les lois existent. Le racisme et la violence sont toutes les deux punies par la loi. Ce dont la France a besoin, ce sont des actions et pas d'un débat. Ce qui veut dire que, pour arranger les choses, la balle est dans le camp de la police elle même et de la justice. Tant que tout cela va durer, la situation quelle quelle soit ne changera pas. On veut des actions.

19h18 : Vous êtes nombreux à exprimer votre sentiment face aux manifestations qui ont lieu dans l'Hexagone contre les violences policières.

19h14 : Une importante manifestation est également prévue à Washington. Sous un soleil de plomb, la foule commence à se masser dans la capitale fédérale américaine, dans les rues menant à la Maison Blanche mais aussi aux abords du mémorial de Lincoln.

19h13 : @Lyonnais L'AFP parle de "plusieurs milliers" de personnes, Lyon Capitale et France 3 Auvergne-Rhône Alpes de 5 000 personnes, Le Progrès estime même qu'ils devaient être un peu plus nombreux.

19h11 : Si vous aviez aussi sous la main une estimation du nombre de manifestants je suis preneur

19h11 : Bonjour, un bref témoignage de la marche à Lyon : c'était très calme de 15h à 17h, beaucoup de jeunes et un cortège qui m'a semblé immense. J'aurais aussi souhaité savoir si elle se termine comme je l'ai quitté, dans le calme. Merci de parler de toutes celles à Bordeaux, Rouen,... c'est très appréciable de voir que vous n'êtes pas centres que sur Paris, vous êtes géniaux !!

19h11 : Dans les commentaires, @Lyonnais nous raconte comment s'est passé la manifestation lyonnaise. Je n'ai pas connaissance à ce stade d'incidents dans la capitale des Gaules.