CARTE. Elections municipales 2020 : voici les 100 communes où le maire a été élu par le plus faible taux d'inscrits sur les listes

En raison d'une très forte abstention et de la dispersion des listes, les vainqueurs ont été désignés avec les voix de moins de 15% des électeurs à Lille, Dijon ou Aix-en-Provence. A Mulhouse, c'est moins de 10%.

Quand elle se promènera dans les rues de sa ville, la maire de Mulhouse n'aura qu'une chance sur dix de croiser un électeur ayant voté pour elle. La candidate de droite Michèle Lutz a été réélue, dimanche 28 juin, au second tour des élections municipales, en n'obtenant le soutien que de 9,25% des électeurs inscrits. Une victoire en demi-teinte, malgré un score de 38,6% des suffrages exprimés et une large avance sur ses trois adversaires écologiste, centriste et du RN.

>> Analyses, réactions... Suivez notre direct au lendemain du second tour

Marquée par une très forte abstention, cette élection a couronné de nombreux autres maires élus avec une infime base électorale. Dans la carte ci-dessous, franceinfo a recensé les 100 communes où la liste victorieuse a séduit le plus faible pourcentage d'électeurs inscrits. D'Amiens à Nîmes, de Brest à Metz, en passant par Clermont-Ferrand, aucun de ces nouveaux maires ne peut se vanter d'avoir le soutien de plus de 15% du corps électoral.

>> Elections municipales 2020 : découvrez, grâce à notre moteur de recherche, tous les résultats du second tour

L'explication de tels chiffres tient essentiellement en deux indicateurs, souvent cumulatifs : la faible participation au scrutin et la dispersion des listes.

Une abstention dépassant parfois 80%

Dans une grande majorité de ces 100 communes, le niveau d'abstention record enregistré à l'échelle nationale (58,4%) a été dépassé. Dans un tiers des villes, la barre des 70% d'abstention a même été franchie. Cela a été le cas à Tourcoing (74,6% d'abstention), si bien que le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, s'est retrouvé élu au premier tour avec les voix de 15,05% des électeurs seulement. Même situation dans le 7e secteur de Marseille, où l'abstention a presque atteint 74% au second tour. Le candidat LR David Galtier l'a emporté d'une courte tête face au maire RN sortant Stéphane Ravier, grâce au maigre appui de 11,86% des inscrits.

Derrière Mulhouse, la plus faible proportion d'inscrits ayant voté pour le vainqueur a été enregistrée à Vénissieux (9,9%), dans la métropole de Lyon. L'abstention y a été de 74,4%, ce qui alarme la maire PCF réélue. "La crise sanitaire n'a pas aidé à la mobilisation, mais ce n'est pas la seule explication, confie Michèle Picard à franceinfo. L'abstention gagne du terrain de scrutin en scrutin et la fracture avec les politiques commence même à atteindre l'échelon local. Il faut retrouver le sens de l'engagement et de l'intérêt général que les gens avaient à l'époque de l'industrie et des syndicats."

Plus anecdotique, à Eckbolsheim, Herserange, Illzach et Vétraz-Monthoux, une seule liste était en course : le match était plié d'avance, peu d'intérêt à aller voter, d'où une abstention supérieure à 80% et des maires élus à 100% par une petite minorité de leurs administrés.

Des triangulaires, des quadrangulaires et même des quinquangulaires

Que ce soit au premier ou au second tour, l'élection dans les communes figurant sur notre carte s'est souvent jouée entre trois, quatre ou cinq candidats, ce qui a eu pour effet d'éparpiller les voix. A Givors, au sud de Lyon, dimanche, le candidat divers gauche Mohamed Boudjellaba s'est imposé à l'issue d'une quadrangulaire très serrée : il n'a recueilli que 28,88% des suffrages exprimés, avec moins d'un point d'avance sur sa dauphine et moins de quatre points d'avance sur son poursuivant du RN.

Dans les triangulaires à Lille, Aix-en-Provence et Strasbourg, aucun des candidats n'a obtenu la majorité absolue au second tour, mais tous ont obtenu au moins 20% des voix. Résultat, avec une abstention dépassant les 60%, Martine Aubry, Maryse Joissains-Masini et Jeanne Barseghian doivent leur victoire respectivement à 12,34%, 14,4% et 15,03% des électeurs. Même scénario à Dijon, Orléans et dans le 5e secteur de Marseille.

Troisième ville où le taux d'inscrits "victorieux" a été le plus faible, Vaulx-en-Velin (10,4%) a été le théâtre d'un second tour entre cinq candidats, largement remporté par la socialiste sortante Hélène Geoffroy. L'ancienne secrétaire d'Etat à la Politique de la ville de François Hollande dit se sentir "parfaitement légitime" dans sa fonction de maire de la métropole lyonnaise. "Ceux qui sont allés voter ont exprimé clairement leur choix, personne n'a été empêché de voter, insiste-t-elle, pour franceinfo. Ceux qui n'ont pas voté ont dû estimer que ce que je faisais leur convenait ou que s'y opposer ne valait pas cinq minutes de leur temps. A moi maintenant d'entraîner les gens à s'intéresser à l'action publique et à leur environnement, même lorsque cela ne touche pas directement leurs préoccupations personnelles."