Législatives 2024 : des désistements avant le second tour pour faire barrage au RN

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Après le premier tour des élections législatives anticipées, une centaine de candidats ont d’ores et déjà annoncé leur désistement, ce lundi 1er juillet. Certains ministres arrivés troisièmes dans des triangulaires se retirent.
Législatives 2024 : des désistements avant le second tour pour faire barrage au RN Après le premier tour des élections législatives anticipées, une centaine de candidats ont d’ores et déjà annoncé leur désistement, ce lundi 1er juillet. Certains ministres arrivés troisièmes dans des triangulaires se retirent. (France 2)
Article rédigé par France 2 - C. Tixier, T. Paga, A. Forveille, A. Canestraro
France Télévisions
France 2
Après le premier tour des élections législatives anticipées, une centaine de candidats ont d’ores et déjà annoncé leur désistement, ce lundi 1er juillet. Certains ministres arrivés troisièmes dans des triangulaires se retirent.

Réunion au sommet ce lundi 1er juillet à l’Élysée. Quelle stratégie pour les candidats du camp présidentiel en cas de triangulaire ? La clarification vient-elle d'Emmanuel Macron lui-même ? II l’affirme face à ses ministres. "Il faut se souvenir qu'en 2017 et en 2022, à gauche, tout le monde a porté ce message. Sans cela, nous ne serions pas là", a-t-il indiqué. Gabriel Attal a appelé les candidats de la majorité à se retirer. "Cela passera par le désistement de nos candidats arrivés en troisième position pour ne pas faire élire un député du Rassemblement national face à un autre candidat qui défend comme nous les valeurs de la République", a déclaré le Premier ministre.

Un doute concernant LFI

Une formule qui a laissé planer le doute vis-à-vis de La France insoumise, souvent écartée du champ républicain par le camp présidentiel. Ce lundi encore, les positions étaient loin d'être clarifiées. Certains ténors penchent pour le cas par cas, en fonction du profil du candidat insoumis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.