Résultats des élections régionales 2021 : quels sont les scores des principales personnalités politiques au premier tour ?

Dans les Hauts-de-France, la liste de la majorité présidentielle a été éliminée d'entrée, malgré la présence de cinq membres du gouvernement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti arrivent pour une visite de commissariat, le 28 mai 2021, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (MARTIN BUREAU / AFP)

A un an de l'élection présidentielle, leurs résultats étaient scrutés de près. Diverses figures politiques de tous bords étaient en lice, dimanche 20 juin, lors du premier tour des élections régionales. Entre les présidentiables de droite, les membres du gouvernement et les prétendants à la victoire au Rassemblement national, voici le verdict des urnes.

>> Au lendemain du premier tour des élections régionales et départementales, retrouvez tous les résultats commentés et analysés

A droite

Candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2022, le président sortant de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand (ex-LR), fait encore mieux qu'espéré. L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy termine en tête avec 41,39% des suffrages, bien au-delà des 25% qu'il avait recueillis en 2015. Autre figure "présidentiable" à droite, Laurent Wauquiez signe le carton de la soirée : le patron LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes écrase la concurrence avec 43,79% des voix, laissant ses poursuivants à moins de 15%.

En Ile-de-France, la présidente sortante, Valérie Pécresse, renforce aussi ses positions. Plus d'un tiers des suffrages exprimés (35,94%) ont été accordés à la fondatrice du mouvement Libres, qui se démarque des quatre listes suivantes, comprises entre 13,6 et 10,2%. Au cœur d'un des principaux feuilletons de la campagne, le chef sortant de l'éxecutif régional en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, arrive deuxième. Avec 31,91% des voix, il talonne le RN Thierry Mariani (36,38%), soit un écart nettement plus faible que ce que prédisaient les sondages.

A gauche

Symbole d'une gauche qui progresse sur la carte du premier tour, la socialiste Carole Delga, ancienne secrétaire d'Etat de François Hollande, réalise en Occitanie le meilleur score d'une liste de gauche (39,57%) et peut croire à sa réelection à la tête de la région. Son ancienne collègue au gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, connaît un tout autre destin en Auvergne-Rhône-Alpes. Avec le pire score du PS au soir du premier tour (11,4%), l'ex-ministre de l'Education nationale termine quatrième et se retire au profit de l'écologiste Fabienne Grébert (14,45%), arrivée deuxième.

Autre désillusion pour le PS : Audrey Pulvar se classe cinquième en Ile-de-France, avec 11,07% des voix. La protégée de la maire de Paris, Anne Hidalgo, est notamment devancée par le candidat d'EELV Julien Bayou (12,95%), qu'elle rejoint en vue du second tour, à l'instar de la tête de liste de La France insoumise Clémentine Autain (10,24%). Dans les Hauts-de-France, à la tête d'une liste d'union de la gauche, l'écologiste Karima Delli doit se contenter de la troisième marche du podium (18,99%) et reste en lice pour le second tour.

Au Rassemblement national

Transfuge de LR depuis 2019, Thierry Mariani est le seul représentant du RN à voir sa liste virer en tête à l'issue du premier tour en Paca. Malgré une avance moindre qu'espéré face au président sortant Renaud Muselier, l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy conserve des chances de victoire finale, d'autant que le candidat de gauche Jean-Laurent Felizia a choisi de se maintenir. 

Les autres figures du parti de Marine Le Pen voient leurs chances de succès s'amenuiser. Avec 24,37%, le porte-parole du RN, Sébastien Chenu, accuse un retard de près de 20 points sur Xavier Bertrand dans les Hauts-de-France. Avec 19,86%, le vice-président du mouvement, Nicolas Bay, est lui devancé de près de 15 points par Hervé Morin en Normandie. En Bourgogne-Franche-Comté, Julien Odoul termine aussi en deuxième position (23,19%), avec trois points de retard sur la socialiste Marie-Guite Dufay, contre qui les derniers sondages lui donnaient sept points d'avance.

Dans la majorité présidentielle

Pour sa première candidature, le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, tête de liste dans le Pas-de-Calais, est éliminé dès le premier tour dans les Hauts-de-France. La liste régionale emmenée par le secrétaire d'Etat aux Retraites, Laurent Pietraszewski, n'a attiré que 9,17% des suffrages. Un autre ténor de la majorité figurait sur cette liste, composée de cinq membres de l'exécutif : le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté et tête de liste LREM à Paris, est elle en position de se maintenir au second tour car la liste conduite par Laurent Saint-Martin est arrivée en quatrième position en Ile-de-France (11,76%). L'ancien ministre François de Rugy termine, lui, cinquième dans les Pays de la Loire, avec 11,97% des voix. Un camouflet pour l'ex-EELV, donné sur le podium dans les sondages et qui se voit largement distancé par l'ex-marcheur Matthieu Orphelin (18,7%).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections Départementales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.