Navires : sur le Belem, une navigation à l’ancienne

Publié
Durée de la vidéo : 6 min
Vendredi 8 septembre, le 13 Heures vous fait découvrir une manœuvre maritime technique : le vent devant. Une prouesse technique que les stagiaires à bord du Belem ont réussie avec brio.
Le Belem : une navigation à l’ancienne Vendredi 8 septembre, le 13 Heures vous fait découvrir une manœuvre maritime technique : le vent devant. Une prouesse technique que les stagiaires à bord du Belem ont réussie avec brio. (France 2)
Article rédigé par France 2 - T. Paga, M. Beaudouin, T. Paulin, M. Franusiak
France Télévisions
France 2
Vendredi 8 septembre, le 13 Heures vous fait découvrir une manœuvre maritime technique : le vent devant. Une prouesse technique que les stagiaires à bord du Belem ont réussie avec brio.

Sur le pont du Belem, la nuit, une seule lueur persiste. Dans la timonerie, le lieutenant Loïc Asset surveille la route du navire. Dans le trois-mâts du XIXe siècle, les instruments modernes n’ont pas remplacé les cartes marines. Au petit matin, la terre est en vue. L’équipage est à quelques milles de Madère (Portugal). À l’Est, le compas gyroscopique permet de déterminer sa position, mais pas seulement. Le second capitaine du Belem assure : "C’est un plaisir de [se diriger] avec des éléments de l’environnement."

Une manœuvre exceptionnelle

Ce jour-là, les passionnés de vieilles voiles sont ravis. Les officiers ont décidé de tenter une manœuvre : le vent devant. En principe, les voiles du Belem sont conçues pour recevoir le vent par l’arrière. Alors, les marins vont devoir obliger le vieux gréement à tourner en reculant. Cette manœuvre n’est pas obligatoire. Les moteurs pourraient les mener à bon port facilement. C’est pour la beauté du geste. La manœuvre se conclut sous les applaudissements.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.