Procès des anti-bassines à Niort : des milliers de personnes dans la rue pour soutenir les neuf prévenus

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Procès des anti-bassines à Niort : des milliers de personnes dans la rue pour soutenir les neuf prévenus -
Procès des anti-bassines à Niort : des milliers de personnes dans la rue pour soutenir les neuf prévenus Procès des anti-bassines à Niort : des milliers de personnes dans la rue pour soutenir les neuf prévenus - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - K. Adda-Rezig, L. Bensimon, L. Rouvray
France Télévisions
France 2
Neuf militants écologiques comparaissent à Niort (Deux-Sèvres), vendredi 8 septembre. Ces derniers sont soupçonnés d’avoir participé à la mobilisation contre les méga-bassines à Sainte-Soline. Sur place, des milliers de manifestants sont présents pour les soutenir.

A Niort (Deux-Sèvres), des milliers de personnes sont venues soutenir neuf hommes, vendredi 8 septembre. Ces derniers sont convoqués par le tribunal correctionnel de Niort pour leur implication dans les manifestations contre les méga-bassines dans les Deux-Sèvres. Les prévenus ont fait leur entrée vers 10h30. Joan Monga, l’un des prévenus, assure : "Ça ne nous dissuadera nullement de reconduire de nouvelles manifestations pour empêcher la suite de ces projets de bassines." Une autre estime que "c’est un procès politique".

Un dispositif de sécurité important

Plusieurs chefs d’inculpation sont retenus contre les prévenus. Parmi eux, l’organisation de manifestations interdites à Sainte-Soline en octobre 2022 et en mars 2023. Ces manifestations avaient vite tourné aux affrontements avec les autorités, faisant des centaines de blessés. Vendredi matin, des personnalités politiques et des soutiens venus de toute la France étaient présents. "La bataille de l’eau n’est pas terminée", certifie un manifestant. L'audience s'est ouverte en début d'après-midi au tribunal. Un dispositif de surveillance a été déployé par les autorités pour éviter tout débordement. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.