Orléans : une pénalité de cinq euros pour les élèves absents à la cantine

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
À Orléans (Loiret), les parents doivent s’acquitter d’une amende de cinq euros si leurs enfants manquent la cantine et qu’ils n'ont pas prévenu. Cette mesure assez radicale fait l’objet d’une pétition dans la commune.
Orléans : une pénalité de 5 euros pour les élèves absents à la cantine À Orléans (Loiret), les parents doivent s’acquitter d’une amende de cinq euros si leurs enfants manquent la cantine et qu’ils n'ont pas prévenu. Cette mesure assez radicale fait l’objet d’une pétition dans la commune. (France 2)
Article rédigé par France 2 - J. Assouly, L. Seux, J.-M. Mier, Y. Blombou
France Télévisions
France 2
À Orléans (Loiret), les parents doivent s’acquitter d’une amende de cinq euros si leurs enfants manquent la cantine et qu’ils n'ont pas prévenu. Cette mesure assez radicale fait l’objet d’une pétition dans la commune.

À Orléans (Loiret), si un enfant manque un repas à la cantine, ses parents doivent s’acquitter d’une pénalité de cinq euros. Cette mesure radicale a été prise pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Cette mesure choc divise les parents. "On punit les parents d’avoir un imprévu. C’est la vraie vie", dénonce une mère de famille. Une autre maman a pris les choses en main, elle est à l’origine d’une pétition en ligne. À ce jour, plus de 600 signatures ont été recueillies.

"Responsabiliser les parents"

"Il faut qu’on arrive à toucher un maximum de familles pour montrer que l’ensemble des Orléanais sont concernés et ne sont pas d’accord", explique-t-elle. Cette décision municipale concerne les 57 écoles publiques d’Orléans. Régine Bréant, l’adjointe au maire en charge de l’Éducation, répond aux critiques des parents. Pour elle, cinq euros de pénalité, ce n’est pas une punition. "On ne veut plus 200 repas gaspillés par jour. Je pense que c’est l’un des moyens pour responsabiliser les parents", assure l’élue. Dans l’immédiat, l’adjointe n’a pas prévu de rencontrer les parents. Le bras de fer se poursuit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.