Canicule : à Chartres, les habitants suffoquent

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Vendredi 8 septembre, le département de l’Eure-et-Loir est placé en vigilance canicule orange par Météo-France. À Chartres, les habitants suffoquent et la mairie doit s’adapter. Reportage.
Canicule : à Chartres, les habitants suffoquent Vendredi 8 septembre, le département de l’Eure-et-Loir est placé en vigilance canicule orange par Météo-France. À Chartres, les habitants suffoquent et la mairie doit s’adapter. Reportage. (France 2)
Article rédigé par France 2 - V. Frédéric, A. Chopin, S. Pichavant, D. Fuet, E. Fromentin
France Télévisions
France 2
Vendredi 8 septembre, le département de l’Eure-et-Loir est placé en vigilance canicule orange par Météo-France. À Chartres, les habitants suffoquent et la mairie doit s’adapter. Reportage.

Vendredi 8 septembre, le soleil n’est levé que depuis quelques heures à Chartres (Eure-et-Loir). Mais pour Nicole et Robert Journet, il faut déjà se calfeutrer. Avec 24°C à 9h, le couple anticipe cette nouvelle journée caniculaire. Avec plus de 33°C attendus, il faut s’adapter. "On va vivre dans le noir", explique Nicole. Son mari complète : "Le matin, on fait tout ce qu’on a à faire. L’après-midi, on se repose." Pour protéger les plus fragiles contre cette canicule exceptionnelle, la mairie a déclenché une procédure d’urgence.

Un plan d’urgence

Des agents prennent des nouvelles de 210 inscrits sur la liste des personnes vulnérables. C’est du jamais-vu en septembre sur la commune. "On s’est dit : 'Tiens, on va passer une saison à peu près normale.' Et puis là, subitement… On peut se poser des questions quant à l’avenir", indique Elisabeth Fromont, la première adjointe au maire de Chartres. Dans la ville, cette vague de chaleur dure depuis plus d’une semaine. Elle devient de plus en plus insupportable pour les habitants. La température devrait continuer de dépasser les 30°C à Chartres, au moins jusqu’à la fin du week-end.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.