Fraude fiscale : l'intelligence artificielle, nouvelle arme du fisc sur Internet

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Le fisc utilise désormais l'intelligence artificielle afin de traquer les fraudeurs. Ce sont sur les réseaux sociaux et sur les sites de vente en ligne que les données sont récupérées, et comparées ensuite aux déclarations d'impôts pour repérer des revenus non déclarés.
Fraude fiscale : l'intelligence artificielle, nouvelle arme du fisc sur Internet Le fisc utilise désormais l'intelligence artificielle afin de traquer les fraudeurs. Ce sont sur les réseaux sociaux et sur les sites de vente en ligne que les données sont récupérées, et comparées ensuite aux déclarations d'impôts pour repérer des revenus non déclarés. (France 2)
Article rédigé par France 2 - R. Asencio, F. Blevis, N. Sadok
France Télévisions
France 2
Le fisc utilise désormais l'intelligence artificielle afin de traquer les fraudeurs. Ce sont sur les réseaux sociaux et sur les sites de vente en ligne que les données sont récupérées, et comparées ensuite aux déclarations d'impôts pour repérer des revenus non déclarés.

Mettre un bien en location, vendre une voiture ou encore proposer ses services de coiffure. Sur Internet, de nombreuses transactions ont lieu. Mais attention à celles qui ne sont pas déclarées, car le fisc vous a à l'œil. Vos données publiques sont étudiées par l'organisme pour démasquer les fraudeurs fiscaux. Certains le comprennent, quand d'autres sont inquiets.

Une nouvelle loi pourrait renforcer les moyens du fisc

La méthode employée est celle du "web scraping", ou en français, chalutage. Les sites de vente et les réseaux sociaux sont scannés par une intelligence artificielle. Les données sont récoltées, analysées et croisées avec les déclarations d'impôts. Les revenus non déclarés peuvent ainsi être détectés, et une liste de potentiels fraudeurs peut être établie. Des contrôles fiscaux sont ensuite réalisés par des agents.

Les données collectées sont des données publiques uniquement, du moins pour le moment, car une nouvelle loi pourrait renforcer les moyens du fisc et lui permettre d'accéder à davantage de données. Cette loi prévoit que certains agents "spécialement habilités" puissent "sous pseudonyme", "participer à des échanges électroniques, y compris avec les personnes susceptibles d'être les auteurs de ces manquements". Le fisc assure que cette loi n'a encore rien de définitif, et surtout qu'aucun message ne sera envoyé en privé.

Parmi nos sources :

Liste non exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.