Consommation : pourquoi taxer l’ultra fast fashion ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Les enseignes d’ultra fast fashion pourraient bientôt être sanctionnées par le gouvernement français. Éclairage, dimanche 3 mars, sur le plateau du 20 Heures par Axel de Tarlé.
Consommation : pourquoi taxer l’ultra fast fashion ? Les enseignes d’ultra fast fashion pourraient bientôt être sanctionnées par le gouvernement français. Éclairage, dimanche 3 mars, sur le plateau du 20 Heures par Axel de Tarlé. (France 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions
France 2
Les enseignes d’ultra fast fashion pourraient bientôt être sanctionnées par le gouvernement français. Éclairage, dimanche 3 mars, sur le plateau du 20 Heures par Axel de Tarlé.

Est-ce la fin du consommateur roi ? "C’est vrai que l’on arrive au bout du système toujours moins cher. D’abord, c’est destructeur en termes d’emploi : zéro usine, tout vient de Chine, zéro commerce parce que tout se fait par Internet. Ça veut dire la fin de toutes ces enseignes qui animaient nos rues commerçantes dans les centres-villes. Ravageur également sur le plan de l’environnement, avec des vêtements fabriqués à des milliers de kilomètres, qui encouragent le gaspillage", résume le journaliste Axel de Tarlé, sur le plateau du 20 Heures. 

Le protectionnisme, une solution ? 

Mais pourquoi sanctionner la marque chinoise Shein, et pas l’espagnole Zara ou la suédoise H&M ? "Ils ont des boutiques en centre-ville, et puis, dans le cas de Zara, la moitié des vêtements sont fabriqués dans des pays proches, comme le Portugal, le Maroc ou l’Espagne - même si H&M, tout vient d’Asie", poursuit Axel de Tarlé. La solution serait-elle le protectionnisme ? Alors que le gouvernement pourrait décider d’un malus pour les vêtements fabriqués en Chine, le bonus automobile pour la voiture électrique est désormais réservé aux véhicules fabriqués en Europe. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.