"Ce n'est pas seulement lui qui entre au Panthéon, c'est la flamme de la Résistance toute entière", s'émeut la petite-nièce de Missak Manouchian

Le héros de la Résistance va faire son entrée au Panthéon. Cet Arménien réfugié en France a été à la tête de l’un des groupes armés les plus actifs contre les nazis, le groupe Manouchian. Il sera "accompagné de son épouse" Mélinée, précise l'Élysée. Elle était aussi résistante.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Statue du héros de la Résistance Missak Manouchian, dans le square qui porte son nom à Marseille, le 18 juin 2023. (GILLES BADER / MAXPPP)

"C'est merveilleux de savoir que Missak Manouchian va entrer au Panthéon", se réjouit dimanche 18 juin sur franceinfo Katia Guiragossian, petite-nièce du résistant communiste, rescapé du génocide arménien. Le président Emmanuel Macron a officialisé en ce jour de commémoration du 18-Juin la panthéonisation de cette figure de la Résistance. Cette annonce "émeut et bouleverse" Katia Guiragossian car explique-t-elle, "ce n'est pas seulement [Missak Manouchian et sa femme Mélinée] qui entrent au Panthéon, c'est la flamme de la Résistance toute entière, ce sont les combattants de la Liberté qui ont donné leur vie, qui ont fait ce sacrifice ultime".

"Un grand message d'union"

Elle y voit "un merveilleux message humaniste et universaliste". Elle estime en effet que la future panthéonisation de son grand-oncle est aussi une manière de rendre hommage à "ses frères d'armes, tous ces jeunes qui par conviction se sont mobilisés et sont allés chercher un espoir au fin fond de la boîte de Pandore, alors qu'ils étaient seuls et démunis".

>>> Missak Manouchian au Panthéon : "C'est la reconnaissance de cette composante si importante de la Résistance française", explique un historien

Katia Guiragossian rappelle que dans sa dernière lettre à son épouse Mélinée, Missak Manouchian écrivait être "sûr que le peuple français et tous les combattants de la Liberté sauront honorer notre mémoire dignement". "C'est désormais chose faite", salue ce dimanche sa petite-nièce. Si la décision de faire entrer Missak Manouchian au Panthéon intervient 80 ans après son exécution, Katia Guiragossian considère qu'il "n'est jamais trop tard pour bien faire les choses".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.