Armement : pourquoi relancer la fabrication de poudre en France ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Emmanuel Macron entend stimuler l’industrie de l’armement française. Il était dans la matinée du jeudi 11 avril à Bergerac, en Dordogne, pour l’ouverture d’une usine de production de poudre pour obus. À quoi sert-elle ?
Armement : pourquoi relancer la fabrication de poudre en France ? Emmanuel Macron entend stimuler l’industrie de l’armement française. Il était dans la matinée du jeudi 11 avril à Bergerac, en Dordogne, pour l’ouverture d’une usine de production de poudre pour obus. À quoi sert-elle ? (France 2)
Article rédigé par France 2 - D. Schlienger, T. Curtet, S. Lisnyj, N. Murviedro
France Télévisions
France 2
Emmanuel Macron entend stimuler l’industrie de l’armement française. Il était dans la matinée du jeudi 11 avril à Bergerac, en Dordogne, pour l’ouverture d’une usine de production de poudre pour obus. À quoi sert-elle ?

Pour tirer des missiles en mer Rouge, alimenter en obus les canons Caesar ou fournir suffisamment de munitions à l’Ukraine, un ingrédient est indispensable : la poudre. Une nouvelle poudrerie est en cours de construction en France, à Bergerac (Gironde). Jusqu’à la chute du mur de Berlin (Allemagne), une poudrerie tournait à plein régime dans le département. Tombée en désuétude, elle a fermé en 2007. L’entreprise Eurenco, financée par l’État français, a ensuite délocalisé la production de poudre en Suède, en coopération avec d’autres sociétés européennes. 

Multiplier par dix la capacité de production

Le but est de retrouver de la souveraineté militaire et industrielle. En France, les chaînes de production s’activent 24 heures sur 24, mais les objectifs sont loin d’être atteints, notamment parce qu’il manque de la poudre pour les propulser. "Tout le monde réclame ces matières premières ou ces produits semi-finis en même temps, au même moment et surtout en des quantités jamais vues", détaille l’expert en armement militaire Marc Chassillan. 

Thierry Francou, le PDG d’Eurenco, assure que la société va "multiplier par dix [ses] capacités de production de poudre". Chaque année, 1 200 tonnes de poudre devraient sortir de l’usine, de quoi tirer 80 000 obus de 155 mm, soit une autonomie d’une quinzaine de jours pour les Ukrainiens sur le front. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.