Santé : qu’est-ce que le lixisénatide, cet antidiabétique qui pourrait stopper la progression de Parkinson ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Un médicament de la même famille que l’antidiabétique Ozempic, qui fait un carton aux États-Unis où il est parfois détourné de sa fonction, pourrait stopper l’évolution de la maladie de Parkinson. Explications, jeudi 11 avril sur le plateau du 20 heures, par le médecin et journaliste Damien Mascret.
Santé : qu’est-ce que le lixisénatide, cet antidiabétique qui pourrait stopper la progression de Parkinson ? Un médicament de la même famille que l’antidiabétique Ozempic, qui fait un carton aux États-Unis où il est parfois détourné de sa fonction, pourrait stopper l’évolution de la maladie de Parkinson. Explications, jeudi 11 avril sur le plateau du 20 heures, par le médecin et journaliste Damien Mascret. (France 2)
Article rédigé par France 2 - D. Mascret
France Télévisions
France 2
Un médicament de la même famille que l’antidiabétique Ozempic, qui fait un carton aux États-Unis où il est parfois détourné de sa fonction, pourrait stopper l’évolution de la maladie de Parkinson. Explications, jeudi 11 avril sur le plateau du 20 heures, par le médecin et journaliste Damien Mascret.

Un médicament de la même famille que l’Ozempic pourrait stopper le développement de la maladie de Parkinson. "Il est de la même famille, mais celui-là va même aller jusque dans le cerveau", explique sur le plateau du 20 Heures le médecin et journaliste Damien Mascret, qui rappelle que 271 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson en France, et que 26 000 tombent malades chaque année. Tous souffrent d’une même lésion située au cœur du cerveau, là où se trouvent les neurones chargés de produire la dopamine.

Une étude à prolonger

Des neurones sont "cruciaux, parce que la dopamine permet de réguler les mouvements", indique le médecin. Le manque de dopamine provoque ainsi des tremblements, notamment de la main et au repos, mais également "des troubles de la marche" et un ralentissement des mouvements. Cet antidiabétique, le lixisénatide, viendrait stopper l’évolution des symptômes. Damien Mascret précise toutefois que le résultat devra être confirmé par une étude sur davantage de malades et une plus longue période. En cas de confirmation, ce serait "le premier médicament qui parvient à stopper l’évolution de la maladie de Parkinson". 

Parmi Nos sources :

New England Journal of Medicine

Liste non exhaustive. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.