Journée de sensibilisation au don d’organes : "On m’a donné un cadeau", confie Fabrice Dunon, sportif transplanté du cœur

Publié
Durée de la vidéo : 7 min
Journée de sensibilisation au don d’organes : "On m’a donné un cadeau", confie Fabrice Dunon, sportif transplanté du cœur
Journée de sensibilisation au don d’organes : "On m’a donné un cadeau", confie Fabrice Dunon, sportif transplanté du cœur Journée de sensibilisation au don d’organes : "On m’a donné un cadeau", confie Fabrice Dunon, sportif transplanté du cœur (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Fabrice Dunon, 40 ans, a été greffé du cœur il y a 13 ans. Il livre son témoignage sur le plateau du 12/13 info, samedi 22 juin.

Fabrice Dunon, sportif transplanté du cœur, est né avec une malformation cardiaque. "C’est une malformation qui ne m’a pas empêché de vivre normalement, jusqu’à mes 25 ans. Après, on m’a parlé d’un projet de greffe", raconte-t-il. Il a alors dû trouver un donneur. "Quand on propose un projet de greffe à une personne qui a besoin d’une greffe cardiaque ou autre, on rentre dans un protocole où on est mis sur liste d’attente", explique le sportif. Mis sur liste d’attente en septembre 2010, il a attendu 11 mois avant sa greffe. 

Fabrice Dunon pense "assez régulièrement" à son donneur 

"11 mois, c’est long, parce qu’on a besoin de cette greffe pour aller mieux. Et en même temps, je pense qu’il faut l’accepter", confie-t-il, tout en précisant connaître des personnes "qui ont attendu beaucoup plus longtemps". Fabrice Dunon revient également sur le processus d’acceptation. "Dans le projet de transplantation, (…) on voit aussi une psychologue, qui nous parle de comment va se passer l’opération, mais surtout comment, si tout se passe bien, [se passe] la suite en tant que greffé", explique-t-il. 

Fabrice Dunon assure enfin penser "assez régulièrement" à son donneur. "J’y pense, mais je pense surtout au fait qu’on m’a donné un cadeau. Pas seulement à cette personne, mais à toutes les personnes qui disent oui au prélèvement de leurs proches", dit-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.