Cet article date de plus de trois ans.

Éducation : une rentrée sous tension, entre coronavirus et assassinat de Samuel Paty

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Éducation : une rentrée sous tension, entre coronavirus et assassinat de Samuel Paty
Éducation : une rentrée sous tension, entre coronavirus et assassinat de Samuel Paty Éducation : une rentrée sous tension, entre coronavirus et assassinat de Samuel Paty (France 3)
Article rédigé par France 3 - H. Capelli, France 3 Paris Île-de-France, I. Palmer
France Télévisions
France 3

La rentrée scolaire s'effectuera lundi 2 novembre avec un nouveau protocole sanitaire renforcé. Un retour à l'école d'autant plus particulier qu'il survient deux semaines après l'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie.

Lundi 2 novembre, 12 millions d'élèves seront de retour dans les écoles, avec un protocole sanitaire renforcé. Les masques, par exemple, sont désormais obligatoires pour les enfants dès l'âge de six ans. Même si tous les établissements scolaires risquent de ne pas être prêts, le ministre de l'Éducation nationale assure leur ouverture. "Il vaut mieux un confinement ciblé tenant compte d'une situation sanitaire locale, plutôt qu'un confinement généralisé pour les enfants", a déclaré Jean-Michel Blanquet au Parisien dimanche 1er novembre.

Une minute de silence pour Samuel Paty

Une rentrée délicate pour l'exécutif : en plus de la gestion du coronavirus, il y aura l'organisation de l'hommage rendu à Samuel Paty, le professeur d'histoire-géographie assassiné à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) le 16 octobre dernier. Il aurait dû avoir lieu toute la matinée après le retour des élèves à 10 heures ; finalement, seule une minute de silence est prévue à 11 heures, ainsi que la lecture d'une lettre de Jean Jaurès. Un revirement jugé indigne par les enseignants.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.