Cet article date de plus d'un an.

Confinement : l'Insee évalue à 36% la perte d'activité économique en France

Dans une note sur la situation économique du pays, publiée jeudi 9 avril, l'Insee chiffre le coût des mesures de confinement pour lutter contre coronavirus sur l'activité économique et la consommation des ménages.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Commerces fermés dans une rue de Paris au premier jour du confinement, le 17 mars 2020 (STEFANO RELLANDINI / AFP)

Les mesures de confinement pour lutter contre le coronavirus entraînent actuellement une perte d'activité économique de "plus d’un tiers du PIB (-36%)" en France, avec des situations très différentes selon les secteurs, estime l'Insee jeudi 9 avril dans une note sur la situation économique. La consommation des ménages est, elle aussi, "de l'ordre d'un tiers". 

>> Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

Ainsi, dans "les branches principalement marchandes", qui représentent 78% du PIB, la perte d’activité est évaluée à 42%, avec "de forts contrastes" : "Certains services sont quasiment à l’arrêt", comme l’hébergement et la restauration, alors que les industries agro-alimentaires "fonctionnent à un niveau relativement proche de la normale", selon l’Insee. Dans l’industrie, "affectée tout à la fois par la diminution de la demande nationale et internationale, par les difficultés d’approvisionnements et l’indisponibilité de la main-d’œuvre", l’activité est en baisse de 44 %, poursuit l’Institut national de la statistique, qui avait publié des chiffres comparables le 26 mars dernier. 

La France est entrée en récession

Ce coup de frein aura des conséquences importantes sur la croissance, prévient l’Insee : "Pour un mois complet de confinement, la perte d’activité économique équivaut comptablement à une perte d’environ 3 points de croissance du PIB annuel." L’institut souligne toutefois qu’il ne s’agit pas d’une "prévision" mais bien d’une "équivalence comptable", notamment parce que "l’effet du confinement en termes d’activité n’est sans doute pas linéaire dans le temps". Une certitude : le PIB a d’ores et déjà chuté d'environ 6% sur les trois premiers mois de l'année, selon les chiffres de la Banque de France dévoilés mercredi. Le PIB s'étant déjà replié de 0,1% au quatrième trimestre, selon l'Insee, la France est donc officiellement en récession. 

Consommation : en baisse partout, sauf pour les produits agricoles

Autre indicateur analysé par l’Insee : la consommation des ménages, en baisse là aussi d’environ un tiers (-35%) depuis le début du confinement. "Cette perte de consommation traduit notamment la chute des achats de carburant, de véhicules automobiles et d’autres biens manufacturés (habillement) mais aussi des services d’hébergement, de restauration ou de loisir", précise l’Insee dans sa note de conjoncture. C’est dans la branche de la construction que la consommation des ménages baisse le plus : - 90%, "du fait de la suspension de la plupart des travaux de rénovation". En revanche, la consommation en produits agricoles augmente de 10 %. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.