Restauration rapide, magasins de bricolage, fleuristes... Plusieurs enseignes rouvrent une partie de leurs magasins malgré l'épidémie de coronavirus

Hamburger, fleurs ou encore outils : ces produits sont à nouveau en vente en période de confinement. Mais pour cela, vendeurs et clients doivent respecter les gestes barrières. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Un client se renseigne devant un magasin de bricolage à Paris, le 2 avril 2020. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Commander une pizza, acheter un bouquet de fleurs ou encore un tournevis est à nouveau possible en temps de confinement. Si la lutte contre le Covid-19 impose de respecter des gestes barrières, elle n'empêche pas certaines enseignes de restauration, de fleurs ou de bricolage de rouvrir partiellement au public. 

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Mais les conditions de réouverture sont strictes : nettoyage régulier des parties communes, protection des salariés et aucun contact avec les clients. Les commerces de restauration rapide, de spiritueux, de bricolage ou encore de fleurs disent respecter ces consignes et affirment reprendre leurs activités en accord avec des salariés "volontaires".

Le "100% sans contact" dans la restauration rapide 

Depuis le 2 avril, quinze restaurants McDonald's sont partiellement ouverts, pour tester de nouvelles mesures sanitaires. "Douze sont situés dans l'Ouest et trois en Ile-de-France", précise la communication de McDonald's France à franceinfo. Ils sont uniquement habilités pour la vente à emporter et pour effectuer des livraisons à domicile. Aucune restauration sur place n'est possible.

La sécurité de nos équipiers et de nos clients est notre priorité numéro un.

McDonald's France

à franceinfo

Ces quinze restaurants testent grandeur nature des mesures établies après deux semaines de travail entre les équipes du siège de McDonald's France, un comité scientifique composé de médecins et de virologues et des salariés. Si cette première phase est concluante, une seconde phase, qui n'est pas encore datée, devrait permettre l'ouverture d'une trentaine d'autres restaurants. Pour l'instant, la direction ne se projette pas plus loin en termes de calendrier mais garde pour objectif "la réouverture plus largement, lorsque le moment sera venu".

Protéger les employés et les clients 

C'est également le retour des livraisons à domicile pour certains restaurants de la chaîne Pizza Hut. Afin de protéger au maximum ses collaborateurs et ses clients, le groupe Pizza Hut a décidé d'effectuer uniquement des ventes "100% sans contact" depuis le début du mois d'avril. "La protection la plus efficace contre le virus étant la distance, nous préférons limiter les risques de contacts", explique la marque sur la page d'accueil de son site internet. Pour cela, le livreur dépose la commande à l'endroit indiqué par le client et ne repart qu'une fois celle-ci récupérée. 

Les mesures sanitaires sont également renforcées pour les restaurants du groupe KFC. Ce dernier indique, sur son site, nettoyer les surfaces de préparation toutes les 30 minutes et dit avoir imposé une "distance sanitaire" entre ses employés, qui se lavent les mains également toutes les 30 minutes. Ces différentes enseignes de restauration rapide ont mis en place un seul point de retrait par établissement ouvert. Leurs salles de restaurant sont en revanche toujours fermées.  

Chez Nicolas, c'est un client à la fois

Du côté des cavistes, autorisés à rester ouverts depuis le début du confinement, l'enseigne Nicolas "avait décidé de fermer chacun de ses magasins et de poursuivre uniquement son service de livraison en ligne", explique l'enseigne dans un communiqué repris par l'AFP. La direction de Nicolas a profité de cette période de fermeture pour mettre en place un "plan de sécurité", testé dans des magasins volontaires, "afin de protéger au mieux les clients et les collaborateurs". Depuis le 2 avril, le caviste rouvre progressivement ses 500 magasins.

Interdiction pour le client de toucher les bouteilles, de se promener dans les rayons ou d'être à moins d'un mètre du vendeur.

la marque Nicolas

dans un communiqué de presse

Autorisés à entrer un par un dans les boutiques, les clients sont invités à payer uniquement par carte bancaire. 

Formule "drive" pour les magasins de bricolage

Au début de la phase de confinement, le gouvernement a classé les magasins de bricolage dans les "commerces non essentiels". Mais depuis l'arrêté du 16 mars, les "commerces de détail de matériaux de construction, quincaillerie, peintures et verres en magasin spécialisé", proposant du petit outillage et des produits de dépannage pour du bricolage d'appoint, peuvent rester ouverts.

Dans la foulée, Leroy Merlin a mis en place "un service d'urgence" via une boutique dédiée sur son site, où sont proposés des produits de première nécessité et de dépannage en électricité, plomberie ou encore de la quincaillerie, depuis le 24 mars. Les magasins étant toujours fermés, la marchandise commandée en ligne est à retirer sur l'un des parkings des 141 points de vente ouverts.

Le client attend à bord de son véhicule, le vendeur dépose la marchandise au pied du coffre. Une fois ce dernier éloigné, le client sort récupérer sa marchandise.

Leroy Merlin

sur le site leroymerlin.fr

Même principe de retrait pour les commandes passées sur les sites de Brico Dépôt et de Castorama, qui continuent aussi de livrer à domicile "depuis le début de la crise". Une livraison réalisée sans contact, sans aucune remise de papier, le bon de livraison étant à l'intérieur du colis. Idem pour Bricomarché mais qui, pour l'instant, ne peut pas assurer la livraison vers la Bretagne, la Corse et Mulhouse.

Quant aux enseignes Mr Bricolage, le groupe a laissé le choix à ses franchisés d'ouvrir ou non. "Certains magasins ont pris la décision de rester fermés, d'autres proposent une permanence pour permettre aux clients de retirer leurs achats urgents commandés directement sur le site", précise le groupe sur son site internet.  

La livraison des fleurs reprend

Quant aux fleurs, Interflora a décidé de reprendre partiellement la livraison, a expliqué Eric Ledroux, le directeur général du groupe MyFlower, mardi 7 avril sur franceinfo. 

Aujourd'hui, on a beaucoup de demandes de clients qui veulent exprimer leur affection à des proches ou exprimer leur deuil, qui est une partie importante de l'activité, et donc nous avons décidé de rouvrir, avec la possibilité de livrer des fleurs.

Eric Ledroux, groupe MyFlower

à franceinfo

Depuis le début de la semaine, une quinzaine de fleuristes parisiens rattachés au réseau Interflora livrent à nouveau des fleurs à domicile à Paris. "C'est le fleuriste qui confectionne le bouquet et qui le livre lui-même", détaille Eric Ledroux. Les livraisons devraient reprendre prochainement dans toute l'Ile-de-France puis dans tout le pays. Durant la période de confinement, les boutiques, elles, restent fermées. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.