Alimentation : dans la Drôme, un arboriculteur propose de cueillir soi-même ses abricots aux prix avantageux

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Alimentation : dans la Drôme, un arboriculteur propose de cueillir soi-même ses abricots aux prix avantageux
Alimentation : dans la Drôme, un arboriculteur propose de cueillir soi-même ses abricots aux prix avantageux Alimentation : dans la Drôme, un arboriculteur propose de cueillir soi-même ses abricots aux prix avantageux (France 2)
Article rédigé par France 2 - D.Sébastien, B.Parayre
France Télévisions
France 2
De plus en plus de producteurs proposent de ramasser ou de cueillir directement dans leurs vergers des fruits et légumes. Les prix sont nettement moins chers. Reportage dans la Drôme, où un arboriculteur propose ses abricots à 1,50 euro le kilo seulement.

Ils sont bio, d'un beau calibre, et surtout d'une très belle couleur. C'est le premier jour de cueillette des abricots dans un verger de Gervans (Drôme), et les clients se régalent. La cueillette se fait en famille ou entre amis. Le principe : les consommateurs viennent se servir eux-mêmes, directement sur l'arbre. Chacun vient avec sa propre cagette, et la fait peser une fois remplie. C'est la troisième année consécutive que Laurent Habrard, agriculteur, vend ses abricots directement, sans aucun intermédiaire. Des abricots vendus à un prix attractif : 1,50 euro le kilo.

Un prix dégressif

"Les prix sont bas, mais relativement intéressants pour moi, dans la mesure où on va économiser deux postes importants : la main d'œuvre pour la cueillette et puis la cagette", explique Laurent Habrard. Les clients cueilleurs y trouvent en tout cas leur compte, d'autant que le prix est dégressif. La cueillette est ouverte les matins pendant deux semaines, sur réservation et avec une limite de 20 personnes par jour. Une vente directe rendue possible par la taille modeste du verger : trois hectares. Dans deux semaines, il ne fait aucun doute, selon l'arboriculteur, que tous les abricots auront été récoltés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.