Cet article date de plus de cinq ans.

Les Informés. Emmanuel Macron est "moqueur, quand il n'est pas insultant vis à vis de ses nouveaux alliés"

écouter (27min)

Les invités des Informés de franceinfo sont revenus mardi soir sur la "stratégie" d'entre-deux-tours d'Emmanuel Macron. Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon a également évoqué le vote des Insoumis, rendu public dans la journée. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron le 4 avril 2017 à la Plaine-Saint-Denis, à Paris.  (LIONEL BONAVENTURE / POOL)

Alexis Corbière : "Ce n'est pas moi qui ait dédiabolisé l'extrême droite !" 

Les deux-tiers des militants de la France insoumise voteront blanc ou nul lors du second tour de l'élection présidentielle. C'est le résultat de la consultation lancée par le parti de Jean-Luc Mélenchon, publié mardi 2 mai. Refuser de voter pour Emmanuel Macron favorise-t-il la candidate du Front national, Marine Le Pen ? 

Alexis Corbière, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon s'en est défendu mardi soir dans les Informés de franceinfo : "Ce n'est pas moi qui ait dédiabolisé l'extrême droite !". Il a regretté que "les médias" aient selon lui assimilé les programmes de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon, et leur a renvoyé la faute : "Ce n’est pas moi qui ait invité le Front national sur les plateaux télévisés. Ce n’est pas moi qui ait rigolé sur un canapé une coupe de champagne à la main avec Marine Le Pen. C’est tous les médias qui ont dédiabolisé le FN. Le FN d’aujourd’hui n’est plus perçu par beaucoup de gens, et je le regrette, comme le FN du vieux Le Pen." 

Alexis Corbière a retourné la question : "Comment je combats cette affaire-là, en fonction de la réalité du terrain ? Moi j’ai mobilisé des gens qui ne votaient plus, dégouttés par toute cette classe politique. Je les ai rassemblés. Et j’ai d’ailleurs permis que le Front national, annoncé à 30% ou 28%, finisse à 21%. Je confirme ici que c’est notamment grâce à la campagne de Jean-Luc Mélenchon."

Emmanuel Macron et ses "nouveaux alliés"

Les invités des Informés ont également passé au crible la campagne d'entre-deux-tours du candidat En Marche !. Pour Vincent Trémolet de Villers, rédacteur en chef des pages débats et opinions du Figaro et du FigaroVox, la "stratégie de rassemblement" d'Emmanuel Macron se heurte à "l'idée de renouvellement" qu'il porte. 

D'après lui, le favori à l'élection présidentielle se joue de ceux qui pourraient le rallier ou lui apporter leur soutien. "Je trouve qu’il y a chez Emmanuel Macron une attitude un peu curieuse vis-à-vis de ses nouveaux alliés ou de ceux qui pourraient l’être. Il se montre moqueur quand il n’est pas carrément insultant avec Jean-Christophe Cambadélis, avec Manuel Valls, avec des gens de la droite qui veulent le rejoindre." Vincent Trémolet de Villers a "avoué" ne pas "arriver à discerner la stratégie" d'Emmanuel Macron.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.