ÉDITO. Fabien Roussel se prépare pour 2027, et les sondages lui donnent des ailes

Une enquête Elabe a consacré Fabien Roussel personnalité politique préférée des sympathisants de gauche. De quoi encourager le chef du PCF, déjà sur les rails pour 2027.
Article rédigé par franceinfo - Benjamin Sportouch
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Fabien Roussel le 27 mai 2023 à Avignon. (ALEXANDRE  DIMOU / MAXPPP)

Voilà un classement qui a dû égayer les vacances du leader communiste. Un sondage Elabe pour Les Echos couronne Fabien Roussel comme la personnalité préférée des sympathisants de gauche. De quoi lui donner des ailes pour les mois à venir, et une nouvelle perspective : 2027.

Car Fabien Roussel se prépare bien pour la nouvelle présidentielle. Dans cette enquête, il devance François Ruffin et Jean-Luc Mélenchon. Une récompense pour celui que personne n’avait venu venir, il faut bien l’admettre, quand il a pris les rênes du Parti communiste en 2018. Fabien Roussel est alors complètement sous les radars médiatiques. En quatre ans, il a réussi à refaire parler du PCF, en particulier pendant la dernière campagne présidentielle. Même si, au final, son score de 2,28% fut assez décevant.

Une ligne politique "sociale-conservatrice"

Pour autant, il est indéniable qu'il a trouvé sa place à gauche. Et c'est incontestablement dû à sa personnalité. Fabien Roussel, c’est un tempérament, avec l’image d’un homme chaleureux et sincère, une gouaille aussi qui sait trouver les bonnes formules.

Mais son succès dans un électorat de gauche qui se cherche, c’est aussi une ligne politique qu’on pourrait qualifier de "sociale-conservatrice". Par exemple, il est favorable à la protection des plus défavorisés, mais pas par l’assistanat. En septembre dernier, il avait ainsi opposé "la gauche du travail" à "la gauche des allocations et des minima sociaux", ce qui avait provoqué des hauts le cœur à une partie de son camp. Ou bien encore quand il avait défendu la gastronomie française, "un bon vin, une bonne viande, un bon fromage". Un côté franchouillard qui lui avait valu un procès en extrême-droitisation, venant là aussi de son camp.

"L'anti-Sandrine Rousseau"

Fabien Roussel assume tout. Il le cultive même. "C’est l’anti-Sandrine Rousseau", confie l’un de ses proches. Il y a évidemment des convictions derrière tout cela, mais aussi de la tactique. Fabien Roussel s’est ainsi démarqué de Jean-Luc Mélenchon. Il a très vite compris que rester dans son orbite c’était tout simplement disparaître.

Il n’a rien fait non plus pour faire vivre la Nupes. Aux prochaines européennes, exit une liste commune, il y aura bien une liste communiste. Ce qui, de facto, pourrait acter la fin de cette union de la gauche, née il y a à peine un peu plus d’un an. Avec alors l’idée, l’espoir, d’un candidat unique en 2027. 
Très peu là aussi pour Fabien Roussel qui n’a pas l’intention de laisser sa place à la prochaine présidentielle. Il ne l’a pas dit publiquement mais il se prépare bien à être à nouveau candidat. Son entourage le plus proche le sait. Et même pendant ses vacances en Corse, il n’oublie pas de faire campagne. La semaine prochaine, il laissera de côté le maillot de bain le temps d’une réunion publique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.