Pièces à conviction, France 3

"Pièces à conviction". Les jobs en or de la République

a revoir

Présenté parVirna Sacchi

Diffusé le 21/09/2016Durée : 01h10

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

avatar
Valerie KowalfranceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils sont préfets, conseillers d’Etat, inspecteurs généraux ou magistrats : quelque 20 000 hauts-fonctionnaires font tourner dans l’ombre la machine administrative de la France. Ils ont passé les concours les plus sélectifs car dans notre pays, depuis la Révolution, pour accéder à la haute fonction publique, il faut faire ses preuves, comme Michel Lalande, le préfet des Hauts-de-France, qui a gagné ses galons de haut fonctionnaire au mérite. A la tête de 20 000 fonctionnaires, il est l’un des préfets les plus chevronnés, aujourd’hui en première ligne face au terrorisme. Il représente l’Etat et à ce titre, est responsable de l’économie, de l’emploi, de la cohésion sociale et de la sécurité dans la région. Fils d’ouvrier, son parcours est l’exemple même de la méritocratie républicaine. Mais ce n’est pas le cas de tous les hauts fonctionnaires.

Mérite et compétences sont-ils les seuls critères ?

"Pièces à conviction" lève le voile sur une porte dérobée que certaines empruntent pour accéder à de très hautes fonctions : l’Elysée. Ils n’ont pas passé de concours, n’ont pas gravi les échelons de l’administration et sont nommés directement par le président de la République. Tous les mercredis, en fin de Conseil des ministres, un temps est consacré aux nominations dans la haute fonction publique, en vertu d’une loi qui date de 1984. Elle a été signée par Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Education nationale de François Mitterrand. "Pour services rendus, on donnera à des gens qui sont souvent brillants mais quand même inégalement compétents la charge d’exercer des responsabilités auxquelles ils n’ont pas été forcément préparés", explique-t-il trente ans plus tard. Au total, 20% des hauts fonctionnaires sont nommés par les politiques.

Les galons de préfet, un joli cadeau

Le job est garanti à vie, le salaire va de 6 000 à 12 000 euros net par mois, et le montant minimum de la retraite est de 4 000 euros net. Depuis les années 1980, tous les gouvernements ont élevé certains amis au grade de préfet. François Mitterrand en a nommé une soixantaine. Parmi eux, Michel Vauzelle, son porte-parole à l’Elysée. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande ont eux aussi récompensé de proches collaborateurs.

Le nombre de préfets ne cesse d'augmenter depuis trente ans

Ces nominations se révèlent un problème en période de crise financière. La Cour des comptes a d’ailleurs alerté le Premier ministre Manuel Valls à ce sujet en juillet 2014. Sur un effectif de 250 préfets, seuls 127 étaient affectés à un poste territorial. Quelque 123 préfets n’ont donc pas de préfecture ; on les appelle les préfets hors cadre. La haute fonction publique sert parfois à recaser des proches du pouvoir en leur assurant un emploi à vie. Et ce système n’épargne pas les administrations les plus prestigieuses telles que le Conseil d’Etat, une des plus hautes juridictions de France, ou l’Inspection générale de l’Education nationale. Avec, parfois, des problèmes de compétences, un sujet tabou dans la haute administration.

François Hollande s’était élevé contre ces privilèges en 1989. A l’époque, il était jeune député et haut fonctionnaire à la Cour des comptes : "Si je n’étais plus député, je redeviendrai conseiller à la Cour des comptes. Si je ne faisais absolument rien à la Cour des comptes, je continuerais à gagner 15 000 francs par mois. Je pourrais doser mon travail, rester chez moi quand je suis fatigué, aller à la Cour des comptes pour passer des coups de téléphone. Je serais totalement libre et je serais un vrai privilégié comme je l’étais avant d’être député." Vingt-sept ans plus tard, François Hollande est président de la République et rien n’a changé.

"Les jobs en or de la République", une enquête de Stéphane Girard diffusée dans "Pièces à conviction" le 21 septembre 2016.

La rédaction vous invite à commenter l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #PacFTV.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==