Attentats de Bruxelles : le témoignage de Béatrice de Lavalette, cavalière revenue de l’enfer

Publié
Durée de la vidéo : 6 min
Béatrice de Lavalette a été victime des attentats de Bruxelles, alors qu’elle n’avait que 17 ans. Aujourd’hui, elle s’entraîne pour les Jeux paralympiques de Paris 2024.
Attentats de Bruxelles : le témoignage de Béatrice de Lavalette, cavalière revenue de l’enfer Béatrice de Lavalette a été victime des attentats de Bruxelles, alors qu’elle n’avait que 17 ans. Aujourd’hui, elle s’entraîne pour les Jeux paralympiques de Paris 2024. (France 2)
Article rédigé par France 2 - L.Nahon, F.Blevis, P.Grandouiller, D.Chevalier
France Télévisions
France 2
Béatrice de Lavalette a été victime des attentats de Bruxelles, alors qu’elle n’avait que 17 ans. Aujourd’hui, elle s’entraîne pour les Jeux paralympiques de Paris 2024.

"Ma jument, elle représentait l’espoir. L’espoir qui me manquait. Ça m’a redonné la vie, de l’avoir", dit-elle. Pour Béatrice de Lavalette, enfiler ses bottes d’équitation est devenu un geste salvateur. Après les attaques terroristes de Bruxelles (Belgique), elle a été amputée des deux jambes. La Franco-Américaine s’est, malgré tout, accrochée à son rêve d’enfant : devenir cavalière professionnelle. "J’ai tout perdu pendant les attentats. Et juste comme ça, j’ai tout récupéré", confie-t-elle. 

Objectif JO 2024 

Depuis sept ans, elle s’entraîne pour les Jeux paralympiques de Paris 2024. Si elle se qualifie, elle portera les couleurs du drapeau américain. Son handicap l’oblige à être entièrement sanglée à son cheval, ce qui n’est pas sans risque en cas de chute. "Je peux simuler l’action des jambes avec des positions différentes sur le corps du cheval, et ça lui donne des messages de ce que j’ai besoin de faire", explique la cavalière. 

Le 22 mars 2016, Bruxelles basculait dans l’horreur avec les attentats. 16 personnes ont perdu la vie, des centaines d’autres ont été blessées. Ce jour-là, Béatrice de Lavalette, alors âgée de 17 ans, attendait son avion pour rentrer aux États-Unis. "Le fait que je sois là, c’est un miracle", résume-t-elle aujourd’hui.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.