Armée : quand les militaires français traquent les pirates dans le golfe de Guinée

Publié
Armée : quand les militaires français traquent les pirates dans le golfe de Guinée
Article rédigé par
N. Bertrand, C. Marchand, J. Barrère, L. Chaussoy, K. Le Bouquin, B. Goswami - France 2
France Télévisions
La piraterie en mer est toujours d'actualité. Reportage dans le golfe de Guinée, l'une des zones les plus risquées de la planète, où l'armée française participe à la surveillance.

C'est un monstre d'acier de plus de 90m de long : la frégate Le Ventôse, avec à son bord 95 élitaires français. Ils vont naviguer 40 jours dans le golfe de Guinée, la zone maritime la plus dangereuse du monde. C'est dans ces eaux que le plus grand nombre d'attaques de pirates ont été enregistrées. La France possède des intérêts économiques dans la zone, notamment de nombreuses plateformes pétrolières. Les pirates, très armés et souvent drogués, se déplacent sur des embarcations ultra-rapides. 

Des kidnappings violents 

"Ils attaquent soit des plateformes pétrolières, soit des bateaux qui travaillent pour l'industrie pétrolière", explique Bertrand Monnet, professeur à l'EDHEC et titulaire de la chaire management des risques criminels. Objectif ? Kidnapper les membres de l'équipage. En 2020, 142 marins ont été kidnappés, presque toujours de manière très violente. Si les armateurs refusent systématiquement de donner des informations sur les négociations, jusqu'à 5 millions d'euros par an seraient, selon les estimations, payés aux pirates, qui repartissent ensuite l'argent entre eux. 4 000 navires transitent chaque jour par le golfe de Guinée. La sécurisation de la région est devenue un enjeu mondial. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.