Etats-Unis : pourquoi le nouveau Congrès promet une fin de mandat compliquée pour Donald Trump

Les élections de mi-mandat ont permis aux démocrates de détenir la majorité à la Chambre des représentants. Alors que les parlementaires américains font leur rentrée, franceinfo revient sur cette nouvelle donne pour le président américain.

Le nouveau Congrès américain fait sa rentrée, jeudi 3 janvier 2019 à Washington.
Le nouveau Congrès américain fait sa rentrée, jeudi 3 janvier 2019 à Washington. (ERIC BARADAT / AFP)

C'est l'heure de la rentrée pour les parlementaires américains. Les démocrates prennent possession, jeudi 3 janvier, de la Chambre des représentants après les résultats des élections de mi-mandat, en novembre dernier.

Alors que l'Etat fédéral est partiellement paralysé par le "shutdown", franceinfo vous explique pourquoi cette nouvelle majorité démocrate augure une fin de mandat difficile pour Donald Trump.

Parce qu'il devra batailler avec une opposante d'expérience

Elle est désormais la troisième personnalité la plus importante des Etats-Unis, après le président Trump et son vice-président Mike Pence. Nancy Pelosi sera désignée pour la seconde fois de sa carrière "speaker", c'est-à-dire "présidente" de la Chambre des représentants des Etats-Unis, puisque l'assemblée est désormais majoritairement démocrate depuis les élections de novembre dernier

L'expérience politique de cette femme de 78 ans est unanimement reconnue. Elle a notamment bataillé pour faire adopter l'Obamacare – la réforme de la Sécurité sociale –, elle défend le droit à l'avortement et le mariage pour les couples de même sexe et s'oppose au mur à la frontière avec le Mexique que réclame le président. Nancy Pelosi a déjà annoncé la couleur dans une interview à USA Todayen promettant à Donald Trump "un monde différent" que lors de ses deux premières années à la Maison Blanche.

"Personne n'a jamais gagné en pariant contre Nancy Pelosi", a ainsi affirmé sa fille, Alexandra, mercredi 2 janvier sur CNN. "Elle est du genre à vous arracher la tête sans que vous vous rendiez même compte que vous saignez", a-t-elle ironisé.

Parce que son projet de mur avec le Mexique est plus que jamais paralysé

C'est le premier chantier et le plus urgent. Donald Trump veut son mur à la frontière avec le Mexique, et les démocrates s'y opposent. Désormais majoritaires à la Chambre des représentants, ces derniers refusent de voter le déblocage de 5 milliards de dollars, nécessaires à sa construction. Résultat : en l'absence d'accord sur le budget fédéral, l'administration est partiellement paralysée, provoquant ainsi le "shutdown".

"Ce sera difficile pour le président américain d'obtenir les financements pour ce mur, parce que c'est devenu un symbole. Si les démocrates le lui accordent, ce sera une victoire politique majeure qui pourrait favoriser la réélection de Donald Trump en 2020. Voilà pourquoi il y a cette impasse. Donald Trump a bien compris que sa base souhaite qu'il soit ferme sur cette question. Et les démocrates ne sont pas prêts à lâcher le morceau non plus", explique sur franceinfo le chercheur Jean-Eric Branaa, maître de conférences à l'Université Paris 2 et chercheur à l'institut Iris.

Parce qu'il risque d'être menacé par des commissions d'enquête... 

Le bras de fer sur le mur pourrait n'être que les prémices de féroces batailles à venir avec, en premier lieu, les soupçons de collusion entre Moscou et son équipe de campagne électorale en 2016. Avec leur nouveau contrôle de la Chambre, les démocrates décrochent en effet la tête de commissions parlementaires dotées de puissants pouvoirs d'investigation, notamment ceux d'assigner les témoins à comparaître et d'ordonner la présentation de documents.

... avec une procédure de destitution à la clé

Derrière ces turbulences, la perspective d'une procédure de destitution, ou "impeachment", pourrait se profiler. Nancy Pelosi a pour l'instant écarté cette idée, affirmant vouloir d'abord attendre les conclusions des enquêtes. "Si nous devons le faire, nous ne nous détournerons pas de nos responsabilités. Mais je ne pousse pas en ce sens", a-t-elle encore récemment déclaré à l'édition américaine du magazine Elle.

Parce qu'il pourrait être contraint de publier (enfin) sa déclaration d'impôts 

C'est l'une des promesses des démocrates depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche : obtenir enfin la déclaration du président milliardaire. Il a toujours refusé de la rendre publique jusqu'ici. Mais le New York Times a affirmé, en octobre 2018, avoir pu consulter "plus de 100 000 pages de documents décrivant le fonctionnement de l'empire Trump" et révélé comment l'homme d'affaires s'est enrichi grâce à la fortune de son père et à l'évasion fiscale. Une enquête a été ouverte, mais la nouvelle majorité démocrate pourrait permettre d'accélérer les choses.