Affaire Epstein : l'agent de mannequins français Jean-Luc Brunel mis en examen pour "viols sur mineur de plus de 15 ans" et placé en détention provisoire

Il est également accusé d'avoir "organisé le transport" de jeune femmes pour le compte du milliardaire américain Jeffrey Epstein, qui s'est suicidé en 2019 après avoir été lui-même accusé de viols et d'agressions sexuelles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Photo non datée de Jean-Luc Brunel, tirée d'un documentaire diffusé en 1988 sur CBS. (CAPTURE D’ÉCRAN CBS)

Mis en cause dans le volet français de l'enquête sur l'affaire Jeffrey Epstein, le Français Jean-Luc Brunel, fondateur de deux agences de mannequins, a été mis en examen pour "viols sur mineur de plus de 15 ans" et "harcèlement sexuel" et placé en détention provisoire, a annoncé samedi 19 décembre le parquet de Paris, confirmant une information du Parisien. Il avait été interpellé et placé en garde à vue mercredi.

L'ancien agent de mannequins a également été placé sous le statut de témoin assisté "du chef de traite des êtres humains aggravée au préjudice de victimes mineures aux fins d'exploitation sexuelle", a ajouté le parquet. Il est soupçonné "d'avoir notamment organisé le transport et l'hébergement de jeunes filles ou jeunes femmes pour le compte de Jeffrey Epstein".

"C'est ce qu'attendaient les victimes depuis de longues années, pour certaines depuis plus de trente ans", a réagi l'avocate Anne-Claire Lejeune, qui défend plusieurs plaignantes. "Cette mise en examen matérialise la parole des victimes et donne du sens à ce qu'elles ont dit toutes ses années".

Il avait déjà été accusé par plusieurs femmes

Une enquête préliminaire avait été ouverte en France en août 2019, visant des faits susceptibles d'avoir été commis par Jeffrey Epstein – qui possédait un logement à Paris – mais aussi par "d'éventuels complices". La police française avait lancé un appel à témoignages.

Jean-Luc Brunel a été accusé aux Etats-Unis par au moins deux femmes d'avoir participé au réseau du milliardaire, amenant aux Etats-Unis des "jeunes filles" de milieux modestes en leur faisant miroiter du travail dans le mannequinat.

En France, une plainte avait été déposée contre lui en octobre 2019 pour des faits de "harcèlement sexuel" qui n'étaient pas prescrits contrairement à plusieurs accusations contre lui. Par la voix de son avocate, Jean-Luc Brunel s'était alors dit "à la disposition de la justice" et avait contesté les accusations.

Le fondateur des agences de mannequins Karin Models et MC2 Model Management avait déjà été accusé par une ex-mannequin, témoignant anonymement, de l'avoir droguée et violée, dans un documentaire diffusé en 1988 aux Etats-Unis. Le nom du septuagénaire était également apparu dans une précédente enquête contre Jeffrey Epstein en 2007-2008.

Une autre ancienne mannequin américaine, Courtney Soerensen, avait raconté à la Cellule investigation de Radio France avoir été victime d'une agression sexuelle et tentative de viol de la part de Jean-Luc Brunel en 1988 à Paris, alors qu'elle avait 19 ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.