Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Syrie : comment Bachar Al-Assad a réussi à se maintenir au pouvoir grâce aux jihadistes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Comment Bachar Al-Assad a utilisé les djihadistes pour conserver le pouvoir
Article rédigé par
France Télévisions

Le peuple syrien a élu mercredi, pour un quatrième mandat, Bachar Al-Assad à la tête d'un pays dévasté par une décennie de guerre. A cette occasion, France 5 diffuse un documentaire qui décrypte la stratégie du dirigeant syrien pour se maintenir au pouvoir malgré les pressions internationales. 

C'est une Syrie en ruine que Bachar Al-Assad, victorieux de la dernière élection présidentielle, mercredi 26 mai, s'apprête à diriger pour la 21e année consécutive. Un pays ravagé par une guerre qui a fait près de 400 000 morts et jeté sur les routes des millions de Syriens contraints à l'exil. 

Bachar, le maître du chaos, documentaire d'Antoine Vitkine qui sera diffusé mardi 1er juin sur France 5, revient sur les manœuvres mises en place par le dirigeant syrien pour conserver son pouvoir malgré l'intervention des pays occidentaux dans ce qui n'était, au début, qu'une guerre civile. Grâce à son habile instrumentalisation de l'Etat islamique et des jihadistes, Bachar Al-Assad va réussir à rester à la tête de la Syrie. 

"Le gouvernement syrien n'attaquait pas l'Etat islamique"

A l'origine du conflit syrien, les "printemps arabes", mouvements de contestation pacifiques portés pas des peuples assoiffés de liberté et de démocratie, qui s'étendent à tous les pays arabes en 2011. Si nombre de nations touchés par ces révolutions populaires d'ampleur voient leurs dirigeants chuter, Bachar Al-Assad, président de la Syrie, vacille mais ne sombre pas. Soutenu par ses alliés historiques, la Russie et l'Iran, celui qui est désormais considéré comme un dictateur met en œuvre une répression meurtrière sans limites à l'encontre de son peuple, allant jusqu'à utiliser des armes chimiques. La communauté internationale, soutien de l'opposition syrienne, choquée, réclame à corps et à cri son départ. 

Mais l'arrivée de l'Etat islamique et de nombreux jihadistes, qui profitent de la déstabilisation de la région pour s'implanter dans de nombreuses villes syriennes en 2012, change la donne. Les Occidentaux reculent, de peur de voir les islamistes s'emparer du pouvoir. Bachar Al-Assad en profite. "Bachar a compris que s'il créait un ennemi, s'il convertissait tous ses ennemis au jihadisme, progressivement l'Occident reviendait vers lui", témoigne dans le documentaire d'Antoine Vitkine Firas Tlass, un homme d'affaires syrien en exil. "A de nombreuses reprises, nous avons observé que le gouvernement syrien n'attaquait pas l'Etat islamique", confirme Robert Ford, ambassadeur américain en poste en Syrie de 2011 à 2014, également interrogé dans le film. Un documentaire qui dévoile les coulisses de l'âpre bataille géopolitique dont la Syrie fait l'objet depuis le début du conflit.

Le documentaire, Bachar, le maître du chaos, est diffusé le 1er juin à 20h50 sur France 5. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.