Mort du général Soleimani : "C'est une décision irresponsable de Donald Trump", estime un spécialiste de la région

Interrogé par franceinfo, Didier Billion, directeur adjoint de l'Institut de relations internationales et stratégique (Iris), spécialiste du Moyen-Orient, redoute qu'une "ligne rouge" ait été franchie.

Le général Qassem Soleimani, sur une photo officielle du régime iranien, à Téhéran (Iran), le 1er octobre 2019.
Le général Qassem Soleimani, sur une photo officielle du régime iranien, à Téhéran (Iran), le 1er octobre 2019. (KHAMENEI.IR / AFP)

Qassem Soleimani est mort. Cet influent général iranien a été tué, vendredi 3 janvier, par une frappe américaine contre son convoi qui circulait sur l'aéroport de Bagdad (Irak). Cette élimination, ordonnée par le président américain Donald Trump, fait craindre une nouvelle escalade militaire dans la région.

>> Suivez les dernières informations sur les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran dans notre direct

Pour franceinfo, Didier Billion, directeur adjoint de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et spécialiste du Moyen-Orient, analyse les possibles conséquences de cette mort.

Franceinfo : Pouvez-vous nous rappeler le rôle de Qassem Soleimani dans le régime iranien ?

Didier Billion : D'un point de vue fonctionnel, il était responsable de la force al-Qods des Gardiens de la Révolution, c'est-à-dire de l'ensemble des opérations menées par l'Iran dans toute la région. Cet homme avait beaucoup de secrets. Il était l'un des vecteurs, sinon le vecteur principal, du déploiement de l'influence de l'Iran. Je ne suis pas de ceux qui pensent qu'il y a une volonté expansionniste de l'Iran, mais Téhéran a développé des réseaux d'influence et c'est probablement Soleimani qui avait la haute main sur ceux-ci.

Sur tous les terrains chauds de la région où l'Iran a une influence, on retrouve le général Soleimani.Didier Billionà franceinfo

Il avait été localisé en Syrie ces dernières années, ce qui indique que la coordination des opérations des milices chiites dans le pays était sous sa responsabilité. Le fait qu'il ait été assassiné à Bagdad cette nuit prouve qu'il avait une importance logistique sur la coordination des milices en Irak. 

Comment analysez-vous la décision des Etats-Unis de le tuer ?

Il ne faut pas sous-estimer l'importance de cette décision irresponsable de Donald Trump. Depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire, en mai 2018, les tensions avec l'Iran se sont accrues. Ce qui était très important, c'est que ces tensions étaient mesurées, sous contrôle. Elles avaient un fort impact sur la vie quotidienne des Iraniens. Pour autant, il n'y avait pas beaucoup de dérapages militaires : quelques incidents dans le golfe, le bombardement de sites pétroliers en Arabie-Saoudite. C'était un combat à fleuret moucheté. Personne ne franchissait la ligne rouge.

Je crains fort qu'elle ait été franchie par cette décision, en raison de la qualité de la cible et de son importance dans le dispositif régional iranien. Les tensions s'étaient ravivées au cours des dernières heures, avec le siège de l'ambassade américaine à Bagdad, sans nul doute mené par les milices iraniennes. Il est évident que Soleimani a tenu un rôle. Cette prise d'assaut venait à la suite d'attaques ciblées des Etats-Unis.

Tout indiquait une montée en tension, mais là, ce n'est pas seulement un mort de plus, c'est très important.Didier Billionà franceinfo

Cela s'explique par le manque de sang-froid de Donald Trump. Ce matin, les démocrates s'insurgent, car cette décision a été prise sans concertation. C'est une décision à l'emporte-pièce, il a été sans doute un peu excité par les va-t-en-guerre de son camp, comme le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, qui prône une ligne dure contre l'Iran. On y est presque.

A quelles réactions peut-on s'attendre de la part de l'Iran ?

Les Iraniens ne vont pas rester les deux pieds dans le même sabot. Je ne sais pas de quelles manières ils réagiront, ni où et quand. Ce ne sera sans doute pas tout de suite, mais nul doute qu'ils réagiront. Nous sommes dans une nouvelle séquence, ouverte par cet assassinat ciblé, réalisé au mépris de toutes les conventions internationales. Je ne maîtrise pas tous les paramètres, mais, à chaud, je peux imaginer qu'il y aura une recrudescence d'action militaire contre des objectifs américains, des bases militaires, des ambassades ou des intérêts sur place.

Il y a également des risques pour Israël, qui sera peut-être une cible. Les milices pro-iraniennes déployées en Syrie ont une capacité de feu contre des villes israéliennes. Dans la région, il va y avoir un regain de mobilisation de toutes les forces proches de l'Iran, en Irak, au Liban et en Syrie. Je ne veux pas dire qu'il y a un risque d'embrasement général, je n'en sais rien, ce n'est pas la peine d'alimenter le fantasme. Mais la situation est infiniment préoccupante. Il y aura des conséquences, même si on ne sait pas bien les mesurer.

Peut-on s'attendre à des conséquences économiques ?

Une action sur le détroit d'Ormuz [où transitent de nombreux pétroliers] peut faire partie des mesures mises en œuvre par les Iraniens. Ils peuvent bloquer ou menacer de bloquer. Je ne pense pas qu'ils feront un blocage complet : les Iraniens font de la politique et ils savent que cela se retournerait contre eux. Mais il peut y avoir quelques arraisonnements de navires pétroliers et les cours du pétrole pourraient monter, même si cela n'avait pas été le cas après les incidents de l'été dernier dans le détroit.