Guerre entre Israël et le Hamas : les États-Unis ont largué de l'aide humanitaire à Gaza

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Guerre entre Israël et le Hamas : les États-Unis ont largué de l'aide humanitaire à Gaza
Guerre entre Israël et le Hamas : les États-Unis ont largué de l'aide humanitaire à Gaza Guerre entre Israël et le Hamas : les États-Unis ont largué de l'aide humanitaire à Gaza (France 2)
Article rédigé par France 2 - D. Schlienger, L. Feuerestein, L. Lavieille
France Télévisions
France 2
Les États-Unis ont largué l'équivalent de 38 000 repas dans la bande de Gaza, samedi 2 mars. Une aide qui ne compense pas pour autant le travail des convois humanitaires terrestres, dont l'entrée dans l'enclave reste difficile.

Les premiers colis largués par les Américains ont été accueillis à Gaza (Palestine) comme un cadeau du ciel : des grappes d'une vingtaine de parachutes, une goutte d’eau dans l'océan des besoins humanitaires de l'enclave. L’équivalent de 38 000 repas ont été distribués, samedi 2 mars. D’autres opérations doivent suivre malgré le danger. "Il est extrêmement difficile d'effectuer un largage dans un environnement aussi peuplé que celui de Gaza", a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité national de la Maison Blanche. 

Au moins 1 000 véhicules humanitaires bloqués à la frontière

Ces livraisons aériennes sont aussi beaucoup plus coûteuses. Les Américains envisagent d’acheminer de l'aide par voie maritime, mais cela ne compense pas les convois humanitaires terrestres. Selon l'ONU, 1 000 véhicules au moins seraient bloqués à la frontière côté égyptien, alors que la famine menace Gaza. "Nous avons besoin que tous les points de passage vers Gaza soient ouverts", insiste Georgios Petropoulos, du bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU. La malnutrition et la déshydratation touchent en particulier les très jeunes enfants. Une dizaine seraient déjà morts, selon des responsables palestiniens. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.