Cet article date de plus d'un an.

Alpes-Maritimes : le difficile accueil des migrants mineurs isolés

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Alpes-Maritimes : le difficile accueil des migrants mineurs isolés
Article rédigé par France 2 - A.Richier, R.Chapelard, T.Gauthier
France Télévisions
France 2
À la frontière entre l'Italie et la France, le problème des mineurs isolés est de plus en plus complexe. La nuit dernière encore, le 28 avril, une trentaine d'entre eux sont arrivés côté français et l'envoi de renforts de police ne règle en rien le problème de fond.

Ils ont sous leurs yeux le pays dont ils rêvent mais ils ont encore une dernière frontière à franchir. Originaires de Guinée, des jeunes qui se disent mineurs viennent de se voir refuser l’entrée en France par la police italienne. Omar a quitté son pays il y a maintenant trois ans, un périple éprouvant. Il dit avoir été maltraité. Depuis le début de l’année, 1 837 migrants mineurs sont entrés dans les Alpes-Maritimes. Les frontières entre l’Italie et la France sont très surveillées. C’est donc principalement par le train qu’ils arrivent sur le territoire.

Les mineurs protégés doivent être accueillis par la France 

À la gare de Menton (Alpes-Maritimes), premier arrêt après l’Italie, chaque wagon est minutieusement inspecté par la police. Lorsqu’ils sont interpellés, les migrants sont emmenés dans les locaux de la police aux frontières. Les majeurs sont reconduits en Italie tandis que les mineurs sont protégés et doivent être accueillis par la France. Le Conseil départemental qui doit prendre en charge les mineurs dispose de six centres d’accueil. Mais ces dernières semaines, ils ne suffisent plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.