Témoignage Guerre en Ukraine : malgré les succès, "les pertes sont lourdes", confie un soldat ukrainien de retour du front

En permission après une blessure au combat, Marian, alias "Super Mario", raconte à franceinfo son expérience de soldat. Il se réjouit des avancées de son armée, mais appelle son commandement à être "plus sérieux et plus professionnel". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Marian, alias Super Mario, dans une aire de jeux de Lviv, le 2 octobre 2022.  (AGATHE MAHUET / FRANCEINFO)

Marian a 29 ans, mais il a gardé les traits d'un visage adolescent. Avec sa casquette militaire sur la tête, il donne d'ailleurs rendez-vous près des balançoires d'un jardin d'enfants de Lviv. Marian est un soldat ukrainien, il est en permission de "réhabilitation" : il a été blessé il y a un mois près de Kherson et il boite encore un peu. 

>> Guerre en Ukraine : retrouvez toutes les dernières informations dans notre direct

Il raconte qu'un éclat de roquette lui a traversé la cuisse, alors ces dernières semaines, il a enchaîné les passages dans les hôpitaux militaires, deux fois à Mykolaïv, une fois près d'Odessa et un dernier à Lviv. Son constat est sévère, "les hôpitaux sont débordés", dit-il. 

"Je vois tout le monde se réjouir de la contre-offensive, mais les pertes sont lourdes. Il faut que notre commandement soit plus sérieux, plus professionnel."

Marian

à franceinfo

Marian est sergent dans l'infanterie motorisée. Les dernières victoires dans le Donbass et la reprise de plusieurs villes dans l'Est motivent évidemment les troupes. "Je voudrais leur dire 'bravo les gars !'", mais il nuance aussitôt les avancées de cette contre-offensive : "A quel prix ?"

L'horreur du front ne quitte pas son esprit

Ce que Marian a vécu sur le front depuis le mois de juillet lui fait vraiment peur, il raconte "les morts partout" : "Parfois, on voit traîner par terre un bras, un pied, un crâne", décrit-il. Il poursuit en expliquant qu'il n'y a plus beaucoup de gars dans son unité. Trop d'entre eux "sont morts", blessés comme lui, ou portés disparus. Alors, il rêve d'une armée ukrainienne plus efficace, avec moins de pertes humaines et dans le même temps, plus d'ambition. 

"L’Ukraine, c’est notre terre ! Moi personnellement, je veux aller jusqu’à reprendre la Crimée"

Marian

à franceinfo

Autour de lui, la vie continue. Dans cet aire de jeux, au milieu des femmes et de leurs enfants qui s'amusent, Marian sourit : "C'est bien normal que la vie continue, ici, en ville", dit-il. "Je suis plutôt en colère contre les 'fils de', les privilégiés, qui ont de l’argent mais ne font rien. Et puis contre ceux qui sont au pouvoir", explique-t-il. Lui veut continuer à apprendre et mieux se former.

Sur son portable rafistolé qu'il sort de sa poche en souriant, son nom de soldat est griffonné : "Super Mario", "comme le héros de jeux vidéos", confirme Marian en chantant la musique du célèbre jeu. Sa permission devrait encore durer quelques semaines, peut-être un mois. "Il n'y a jamais de date précise de retour", explique-t-il. En attendant de revenir sur le front, il prend contact avec des volontaires et tente de se rendre utile à son échelle, comme un simple citoyen. 

4 octobre, franceinfo en journée spéciale en Ukraine

• A Kiev, même loin du front, la guerre n'est jamais loin
• Reportage. "Nous faisons tout tout seuls" : à Irpin en Ukraine, l'urgence de la reconstruction avant un hiver qui pourrait être "désastreux"
"Les Russes coupent l'électricité, internet, la télé... Mais les ondes radio n'ont pas de frontières" : comment l'audiovisuel public en Ukraine s'est adapté
• Témoignage. Malgré les succès, "les pertes sont lourdes", confie un soldat ukrainien de retour du front

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.