Pêche durable : où en est la France ? Le rapport de l'Ifremer ne convainc pas tout le monde

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
C’est un enjeu pour l’environnement : la situation s’est légèrement améliorée concernant les populations de poissons pêchés en France, selon un constat de l’Ifremer qui publie un rapport, mardi 13 février.
Environnement : la pêche durable progresse lentement C’est un enjeu pour l’environnement : la situation s’est légèrement améliorée concernant les populations de poissons pêchés en France, selon un constat de l’Ifremer qui publie un rapport, mardi 13 février. (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - A.Chuzeville, F.Vallet, S.Broomberg
France Télévisions
franceinfo
C’est un enjeu pour l’environnement : la situation s’est légèrement améliorée concernant les populations de poissons pêchés en France, selon un constat de l’Ifremer qui publie un rapport, mardi 13 février.

La pêche durable progresse sûrement, mais lentement. C’est le message délivré ce matin par l’Ifremer, l’Institut français de recherche de la mer. 56 % des poissons débarqués dans l’hexagone en 2022 provenaient de la pêche durable, contre 54 % l’année précédente. Ces chiffres placeraient la France dans la moyenne européenne, et même mondiale. Mais derrière cette moyenne française, les résultats varient beaucoup d’une région à l’autre. La situation est également très différente selon les espèces de poissons. Elle est plutôt bonne pour le merlu ou le hareng, très préoccupante pour la sardine ou le maquereau.

Un rapport peu pertinent selon des ONG

Pour plusieurs associations et ONG, le bilan de l’Ifremer est loin d’être pertinent. Un seul consensus parmi les scientifiques : la politique commune de la pêche avait fixé l’objectif de 100 % de pêche durable pour 2020, et quatre ans plus tard, nous en sommes encore très loin. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.