Rapport Stora : l'Élysée envisage la panthéonisation de Gisèle Halimi, avocate, militante et opposante à la guerre d'Algérie

Le processus de concertation pour la panthéonisation de Gisèle Halimi va être lancé.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gisèle Halimi, le 27 novembre 2008. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

Emmanuel Macron va lancer le processus de concertation pour la panthéonisation de l'avocate, femme politique et militante féministe Gisèle Halimi, a appris mercredi 20 janvier franceinfo, auprès de l'Élysée. 

Cette immense figure du féminisme est morte le 18 juillet 2020, à l'âge de 93 ans. Un hommage national lui sera également rendu au printemps prochain, dès que les conditions sanitaires lui permettent.

"Grande figure d'opposition à la guerre d'Algérie"

Cette proposition de panthéonisation apparaît dans les préconisations du rapport de l'historien Benjamin Stora sur les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d'Algérie. Le texte mentionne Gisèle Halimi comme "grande figure d'opposition à la guerre d'Algérie". Ce rapport doit être remis ce mercredi au président de la République à 17 heures. Spécialiste reconnu de l'histoire contemporaine de l'Algérie, Benjamin Stora a été chargé en juillet par Emmanuel Macron de "dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie", achevée en 1962.

La panthéonisation de Gisèle Halimi était réclamée par des collectifs féministes et des élues qui militaient en ce sens depuis août 2020 sans sembler être entendus. "Il y a très peu de femmes au Panthéon, et encore moins de progressistes. On trouve que ce serait un beau symbole qu'elle puisse y rentrer", avait notamment déclaré Raphaëlle Primet, élue communiste au conseil municipal du 20e arrondissement de Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.