"J'espère qu'on va réussir à avoir la démocratie" : les Algériens de Paris satisfaits mais prudents après les annonces de Bouteflika

Le président algérien ne briguera pas de cinquième mandat et reporte l'élection présidentielle prévue le 18 avril. 

6 000 personnes ont manifesté le 3 mars à Paris contre un 5e mandat d\'Abdelaziz Bouteflika. 
6 000 personnes ont manifesté le 3 mars à Paris contre un 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika.  (SÉBASTIEN SABIRON / FRANCE-INTER)

En France aussi, le renoncement d'Abdelaziz Bouteflika a été célébré lundi 11 mars au soir. Le président algérien ne va pas briguer un cinquième mandat et reporte l'élection présidentielle prévue le 18 avril. Une annonce fêtée en Algérie, et bien accueillie par les Algériens de Paris, même si certains doutent d'un changement réellement profond dans le pays. 

>> Suivez en direct l'évolution de la situation en Algérie après les annonces d'Abdelaziz Bouteflika

Dans un restaurant du quartier de Ménilmontant, ils sont une dizaine de Français d'origine algérienne. Ils ont tous la cinquantaine comme Samir, tout sourire après le renoncement du président Bouteflika. "C'est une très bonne idée qu'il ne se représente pas, explique-t-il. Il est temps qu'il parte, il est dans l'incapacité de gouverner, donc il doit laisser la place aux jeunes". 

L'Algérie, c'est un pays de jeunes. La moyenne d'âge est de 30 ans, donc c'est incompatible que ça soit un septuagénaire qui gouverne le pays  Samirà franceinfo

Dans le restaurant d'en face, Karim est attablé face aux cuisines. Cet homme de 53 ans originaire d'Alger est incollable sur la politique algérienne. Selon lui, le renoncement du président Bouteflika à un cinquième mandat, c'est une bonne nouvelle, mais "l'entourage du président est toujours dans le gouvernement, déplore-t-il. À mon avis, le peuple va continuer à se révolter, pour moi, ça n'a rien changé. Nous, on cherche le changement", affirme-t-il. 

Salia aussi ressent le besoin de changement. Même si elle vit à Paris, elle s'intéresse de près à l'Algérie. "J'espère qu'on va réussir à avoir la démocratie et à faire avancer notre pays. On vit en France mais on est quand même d'origine algérienne", explique-t-elle. Salia prévoit d'aller manifester cette semaine encore à Paris pour soutenir le peuple algérien.