Canicule : cinq questions sur la vague de chaleur qui frappe le sud-est de la France

Quinze départements du sud-est de la France sont placés en vigilance orange au moins jusqu'à samedi, 21 heures, en raison de la canicule. Franceinfo fait le point sur la situation.

Un homme se baigne aux abords du Mucem, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 2 août 2017.
Un homme se baigne aux abords du Mucem, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 2 août 2017. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Chapeaux et crèmes solaires devraient encore être de sortie dans les prochains jours. Vendredi 4 août, Météo France a placé 15 départements du sud-est de la France en alerte orange en raison de la canicule. Dans la journée, le thermomètre va continuer d'atteindre des valeurs comprises entre 35 et 38°C à l'intérieur des terres et autour de 40°C localement, voire davantage très ponctuellement, comme en Corse. Selon les prévisionnistes, il faudra attendre samedi ou dimanche pour envisager une baisse significative de la chaleur. Franceinfo résume ce qu'il faut savoir sur ce phénomène météorologique exceptionnel.

Cette situation est-elle exceptionnelle ?

Avec des températures de 5 à 8°C au-dessus des normales saisonnières, la vague de chaleur actuelle est "exceptionnelle en termes d'intensité", constate Mathieu Panizzon, prévisionniste à Météo France. "On atteint les mêmes températures qu'en 2003", relève-t-il, en référence à l'année où la canicule avait été particulièrement meurtrière (19 000 morts en France).

Cette année, les records de température se récoltent à la pelle : dans la nuit de lundi à mardi, le mercure n'est pas descendu en dessous de 30,5°C à Marignana (Corse-du-Sud). Jamais Météo France n'avait enregistré de températures nocturnes aussi élevées depuis le début de ses relevés. Dans les Alpes-Maritimes, il a fait 40,5°C, mercredi après-midi à Puget-Théniers. Il s'agit de la température la plus élevée jamais relevée dans ce département, assure Météo France. 

Jeudi, les températures maximales ont été relevées à Sartène (Corse), avec pas moins de 42°C. Le thermomètre affichait 40°C dans la région d'Ajaccio et plus de 39°C à Carpentras (Vaucluse) mais aussi 39°C à Montclus (Gard).

Quelles sont les conséquences de cette canicule ?

L'une des conséquences les plus visibles de cette vague de chaleur extrême est la multiplication des feux de forêt et leur résistance. Depuis mercredi 3 août, un incendie sévit ainsi à Palneca (Corse-du-Sud) et s'est étendu dans la nuit de jeudi à vendredi à la commune voisine de San-Gavino-di-Fiumorbo (Haute-Corse). Malgré la mobilisation des pompiers sur place, le sinistre devrait durer encore plusieurs jours. Il a déjà détruit, en tout, 170 hectares de végétation, soit dix hectares de plus que jeudi soir, selon le Service départemental d'incendie et de secours de Corse-du-Sud, joint par franceinfo.

L'incendie qui a sévit à Appietto cette semaine est désormais éteint, selon les pompiers, et celui d'Ocana est en passe de l'être.

Un Canadair survole un incendie pour tenter de l\'éteindre, à Palneca, en Corse, le 3 août 2017.
Un Canadair survole un incendie pour tenter de l'éteindre, à Palneca, en Corse, le 3 août 2017. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Autre conséquence des fortes chaleurs : un accroissement de la pollution à l'ozone, qui naît par photochimie. Une alerte de niveau 1 à l'ozone et particules fines a d'ailleurs été déclenchée dans le bassin grenoblois, ont indiqué dans un communiqué commun Air Rhône-Alpes, la préfecture de la région Rhône-Alpes et l'Agence régionale de santé.

Par ailleurs, la consommation électrique corse a explosé et atteint un nouveau sommet historique à 382 MW mardi soir, dépassant son record de 2013, a affirmé EDF dans un communiqué. 

Transpiration, déshydratation, maux de tête, troubles digestifs... Les désagréments corporels causés par la chaleur sont aussi nombreux, tout comme les risques sanitaires, souligne l'Institut national de protection et d'éducation pour la santé. Pour encourager les riverains et les touristes à s'hydrater, la ville de Nice a d'ailleurs installé, il y a une semaine, des fontaines publiques gratuites, qui distribuent de l'eau plate et gazeuse.

Pourquoi cette vague de chaleur est-elle circonscrite au sud-est de la France ?

Les habitants du bassin méditerranéen s'en seront rendu compte : la canicule frappe tout particulièrement le quart sud-est de l'Hexagone. Météo France a placé en alerte orange 15 départements, vendredi 4 août : les Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, de l'Ardèche, des Bouches-du-Rhône, de la Corse-du-Sud, du Gard, de la Haute-Corse, de l'Hérault, de la Drôme, de l'Isère, des Pyrénées-Orientales, du Rhône, du Var et du Vaucluse.

Mais pourquoi la chaleur est-elle concentrée dans cette zone ? Ce phénomène est en fait dû au sirocco, un vent venu du Sahara. "Cela ne concerne qu'une partie du pays", indique Mathieu Panizzon, prévisionniste à Météo France, qui justifie ainsi le fait qu'il y ait "un vrai contraste entre le sud-est et le nord-ouest du pays". 

Alors que le sirocco balaye tout le bassin méditerranéen, la moitié nord du pays est rafraîchie par un vent en provenance des îles britanniques. La France est donc coupée en deux.

Combien de temps ça va encore durer ?

Selon Météo France, la fin de cet épisode de canicule est prévue "au plus tôt" samedi 5 août, à 21 heures. "La situation est bloquée jusqu'à samedi, car la perturbation qui ondule sur le nord-ouest n'est pas suffisante pour faire évaporer cet air chaud", explique, sur France 3, le présentateur météo Jean-Marc Souami.

Déclenché mardi, le niveau trois "alerte canicule", qui en compte quatre, est maintenu jusqu'à dimanche, a indiqué la préfecture de région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca).

Dans la journée de vendredi 4 août, le thermomètre va continuer d'atteindre des valeurs comprises entre 35 et 38°C à l'intérieur des terres, et autour de 40°C localement, comme en Corse. Selon les prévisionnistes, il faudra attendre samedi, voire dimanche, pour envisager une baisse significative de la chaleur.

Comment lutter contre cette chaleur ?

S'hydrater, rester à l'ombre, privilégier les sorties le soir plutôt qu'aux heures de forte chaleur, manger léger... Il y a plusieurs manières de lutter contre la canicule. Mais gare aux fausses bonnes idées. S'il convient de s'hydrater, nul besoin de faire boire des litres d'eau aux personnes âgées. Attention, également, à ne pas boire trop vite, trop froid ou trop alcoolisé.

Si vous ne savez pas comment vous habiller pour rester au frais, sachez qu'un textile intelligent à base de matière plastique a récemment été créé par des chercheurs américains, pour résister aux fortes chaleurs. En attendant sa commercialisation à grande échelle, privilégiez le coton ou le lin, qui absorbent beaucoup mieux la transpiration que les matières synthétiques.

Et enfin, si vous lorgnez la piscine de vos voisins, la plateforme Swimmy pourrait vous bien vous permettre d'y piquer une tête. Cette start-up française, qui se présente comme le "Airbnb des piscines", met en relation depuis juillet des propriétaires de piscines et des prétendants baigneurs. Pour l'heure, une centaine de piscines ont été mises à disposition par des propriétaires, rapporte Le Figaro. De quoi intéresser les habitants du sud-est de la France qui devront attendre encore quelques jours pour voir arriver la fin de la canicule.