Cet article date de plus d'un an.

Marne : vive émotion dans le village natal de l’infirmière assassinée à Reims

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Marne : vive émotion dans le village natal de l’infirmière assassinée
Article rédigé par France 3 - A.Mikoczy
France Télévisions
France 3
L’infirmière poignardée lundi 22 mai à l’hôpital de Reims a succombé à ses blessures, ce mardi. L'émotion est palpable dans le village où elle vivait. Le point avec Alban Mikoczy, en duplex de Champlat-et-Boujacourt (Marne).

L’émotion est palpable dans le village natal de l’infirmière, poignardée à l’hôpital de Reims (Marne) lundi 22 mai, avant de succomber à ses blessures. "Il y a une stupeur et une émotion très importante ici, c’est un village de 160 habitants, où tout le monde connaissait la victime", explique le journaliste Alban Mikoczy. Selon le journaliste, toutes les personnes interrogées parlaient de "sa joie de vivre, de son sourire permanent, et qu’elle était toujours là pour aider les personnes."

De la colère et des interrogations

L’émotion était partagée par le maire de la commune de Champlat-et-Boujacourt (Marne), qui "connaissait très bien la famille de la victime, et la victime". Il affirme qu’elle était attachée à sa région, et toujours à disposition. Le village est aujourd’hui en "colère et a aussi des interrogations", notamment sur comment la personne "a pu rentrer avec un couteau", conclut le journaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.